L’apparition de mérule est l’une des manifestations possibles des problèmes d’humidité dans un logement. Elle envahit rapidement votre espace de vie et peut avoir plusieurs conséquences sur l’habitation, mais aussi sur la santé des personnes qui y vivent. Pour en venir à bout, vous devez faire appel à un spécialiste qui mettra en place les solutions les plus adaptées. Dans cet article, nous vous expliquons l’origine de la mérule et les raisons pour lesquelles il est nécessaire de faire traiter votre logement.

Les causes d’apparition de la mérule

La mérule est ce qu’on appelle un champignon lignivore (qui se nourrit de bois). Dans la plupart des cas, l’humidité dans un logement en est la principale cause. Elle prend naissance à partir de spores dans le bois humide et dans les espaces mal ventilés. Pour s’assurer de l’efficacité d’un traitement contre la mérule, les problèmes d’humidité doivent donc être réglés au plus vite.

Son développement est également favorisé par l’obscurité. En effet, la mérule fuit la lumière en se terrant dans les boiseries, planchers, etc. C’est la raison pour laquelle il est difficile de détecter sa présence dans la maison. Souvent, on ne la constatera qu’une fois ses ravages bien visibles et après qu’elle se soit bien développée. Le bois change de couleur, se fragilise et commence à pourrir.

La mérule peut avoir différents aspects selon les caractéristiques de l’endroit où elle apparaît. Dans l’obscurité, sa couleur est blanche et elle a un aspect cotonneux. Lorsqu’elle parvient à se développer en présence de lumière, la mérule vire au marron et devient plus consistante.

Quelles sont les conséquences d’une invasion de mérule ?

La mérule s’attaque à la cellulose du bois. Ce dernier se fragilise et devient friable. Si des traitements ne sont pas appliqués à temps, il peut devenir dangereux de rester dans votre maison. Les structures en bois de la maison (escalier, plancher, charpente, poutre, etc.) quand elles sont contaminées, perdent leur solidité et peuvent finir pas s’effondrer. Certes, la mérule ne s’attaque pas à la maçonnerie, mais elle est capable de se frayer un chemin à travers la moindre fissure pour rejoindre les éléments en bois qui sont situés de l’autre côté.

Par ailleurs, la mérule est dangereuse pour la santé des personnes qui occupent le bâtiment infesté. La prolifération de ses spores peut contaminer votre air ambiant. L’inhaler peut être responsable de maladies telles que :

  • Les allergies
  • L’infection des voies respiratoires
  • L’asthme
  • La sinusite
  • La rhinite
  • La conjonctivite

Les personnes les plus exposées sont les nourrissons, les enfants, les personnes âgées, à cause de leurs défenses immunitaires plus faibles.

Les solutions envisageables

Quand vous remarquez la présence de mérule dans votre maison, il sera important de faire appel à un expert anti-humidité. Il pourra évaluer l’ampleur des dégâts grâce à un diagnostic complet et proposer un traitement. Vous pourrez également prévenir son apparition en évitant de conserver du bois dans une pièce humide et mal ventilée. Réglez aussi rapidement vos soucis d’humidité (fuites d’eau, les infiltrations dans les murs, remontées capillaires, etc.) dès que vous les constatez.

Très dévastatrice, la mérule impacte non seulement les logements, mais aussi la santé de ceux qui y vivent. L’humidité étant responsable de son apparition, seul un expert anti-humidité est capable de vous proposer les solutions efficaces pour l’éradiquer.

Comment fabriquer un barbecue en dur ?

Vous êtes un passionné du barbecue et vous souhaitez faire profiter votre passion à tout l’ensemble de votre famille ainsi que vos amis? Pensez à aménager un barbecue en dur dans votre jardin. Votre coach du bricolage va vous donner un coup de pouce en vous montrant comment procéder pour mettre en oeuvre un barbecue fixe en dur. 

Fabriquer un barbecue : choix de l’emplacement

Vous avez déjà peut être une idée d’où installer votre barbecue, mais avant de valider votre choix, vous devez prendre en compte quelques éléments. Tout d’abord, votre barbecue ne doit pas être installé trop près de la maison de votre voisin. Choisissez un emplacement bien à l’abri du vent, de préférence dans un coin d’angle. Éloignez le des végétations; la fumée risque de les endommager. Attention aux constructions en bois! Une braise échappée peut être catastrophique. 

Fabriquer un barbecue : réaliser un plan 

Le plan de votre barbecue doit se conformer à la taille de la grille, ainsi vous pouvez en déduire la longueur et la largeur du support. Quant au choix de la forme de votre foyer, il est préférable de miser sur les formats courants pour vous faciliter le travail. Toutefois, vous pouvez ajouter un plan de travail sur l’un des côtés. Voici comment faire: faites une pose à blanc des jambages du barbecue. Réalisez trois rangées de parpaings écartés à un intervalle égal. La dimension des écartements entre les jambages est le tiers ou moins de la longueur de la grille. Posez la grille sur les jambages provisoires pour vérifier si votre plan est correct. Pour la hauteur, l’idéal est que la grille se trouve à la hauteur de votre bassin ou un peu plus; cela vous évitera de vous courber. Il ne vous reste plus qu’à dessiner le plan de votre futur barbecue avec ses mesures précises. 

Fabriquer un barbecue : préparer le sol

Un barbecue en dur doit être installer sur un sol ou un support stable. De préférence, aménager le foyer sur une dalle en béton; mais un sol de sable stable fera également l’affaire. Veillez à ce que la surface soit bien plane et exempte d’aspérités. Si vous choisissez de construire un barbecue en pierre, dans ce cas, vous devez réaliser un support en dalle de béton. 

Fabriquer un barbecue : les matériaux et outils nécessaires

Voici tout ce dont vous aurez besoin pour réaliser votre barbecue en dur:

  • de béton prêt à l’emploi
  • de mortier
  • de briques réfractaires
  • de parpaings
  • d’un burin plat
  • d’une massette
  • d’un mètre ruban
  • d’un niveau à bulle
  • de planches de bois
  • d’une scie égoïne
  • de serres joints
  • de truelle et truelle langue de chat

Fabriquer un barbecue : monter les jambages

Il est toujours plus prudent de faire un montage à blanc pour les dernières rectifications. Disposez les parpaings à l’emplacement prévu pour les jambages. Vérifiez la rectitude des alignements des jambages pour éviter que votre grille ne présente une inclinaison. Vous pouvez ensuite passer à la consolidation. Posez une semelle de mortier de 2 cm d’épaisseur sur le support puis adhérer les parpaings un par un en suivant l’ordre de montage à blanc. 

Fabriquer un barbecue : monter le plan de travail

Pour garantir un barbecue durable, réaliser un plan de travail en béton. Disposez des voliges sur toute la longueur des jambages. Veillez à ce que la longueur des planches dépasse de quelques centimètres de chaque extrémité en longueur et en largeur du périmètre du jambage. Réalisez un coffrage d’une épaisseur de 8 ou 10 cm d’épaisseur. Maintenez le tout avec un serre- joint. Coulez votre béton dans le coffrage, lissez et laissez sécher pendant au moins 48 heures. 

Fabriquer un barbecue : monter le foyer

Prenez les briques réfractaires puis disposez- les à leur emplacement sur le support en béton. Tracez à la craie le contour du foyer, puis enlever les briques. Sachez que le foyer prendra la forme d’un U. Etalez une couche de mortier sur la tracée que vous venez de réaliser. Réalisez la première rangée du foyer. Utilisez un burin et une massette pour découper les briques afin de les ajuster à la bonne dimension. Une fois les premières rangées mises en place, insérez des cales en bois de faible épaisseur de chaque côté parallèle du cloison afin de laisser un espace pour la grille. Vous pouvez ensuite poursuivre l’élévation du muret. Il ne vous reste plus qu’à aménager le sol du foyer. Appliquez une couche de mortier sur toute la surface du sol du foyer puis disposez le revêtement en briques réfractaires 

Fabriquer un barbecue : les finitions

Vous êtes à la dernière étape de votre construction. Commencez par jointoyer les briques. N’oubliez pas de retirer les cales réservées à l’emplacement de la grille. Utilisez une truelle en langue de chat pour atteindre les joints creux. Enlevez les excès de mortier avant qu’il ne sèche. Vous pouvez carreler votre plan de travail et ajouter quelques touches décoratives. Brossez et nettoyez votre barbecue. Mettez en place les accessoires comme les accroches, les étagères de rangement… Placez un bac ou sac de sable à proximité pour des mesures de sécurité.

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Si vous possédez une cheminée dans votre maison ou dans votre appartement, vous savez sûrement qu’il est important de procéder de temps à autre au ramonage. Les professionnels affirment que le ramonage de cheminée possède de nombreux avantages en termes de sécurité et de couverture en cas d’incendie. Mais à quelle fréquence faut-il ramoner sa cheminée ? Est-il vrai que le faire une fois l’an suffit pour éviter tout accident dû à l’accumulation de la suie ? Quelles sont réellement les obligations en termes de ramonage ?

Pourquoi ramoner sa cheminée ?

Trois raisons sont évoquées pour attester de la nécessité de ramoner une cheminée d’appartement ou de maison. La première est que le ramonage est une obligation légale. Il est imposé par le Règlement Sanitaire Départemental Type (RSDT) consultable au niveau de chaque mairie. Ainsi, tout individu qui ne respecte pas cette obligation s’expose au paiement d’une contravention pouvant aller jusqu’à 450 €. Par ailleurs, en cas d’incendie imputable à un manque d’entretien de la cheminée (notamment en l’absence d’un certificat de ramonage), la compagnie d’assurance est en droit de réduire l’indemnisation ou de refuser de couvrir les réparations. Le certificat de ramonage doit être délivré par des professionnels certifiés comme ceux du groupe Beck Ramonage, qui sont des artisans ramoneurs qualifiés et expérimentés.

La seconde raison qui justifie la nécessité de recourir au ramonage est le risque d’incendie encouru. De fait, durant la période de chauffe, des particules nocives et de la suie s’accumulent le long du conduit. En l’absence de ramonage, ces débris peuvent prendre feu, lequel feu se propagera à toute la maison.

Pour finir, le ramonage permet également de protéger les habitants de la maison d’une éventuelle intoxication au monoxyde de carbone. En effet, en l’absence d’utilisation, le conduit de la cheminée peut se retrouver obstrué par des branchages par exemple. Si vous ne faites pas ramoner votre cheminée, elle évacuera alors difficilement les émanations gazeuses. Ces dernières s’échapperont dans la maison et provoqueront une intoxication. Le fait est que la combustion du bois émet différents éléments polluants. Les proportions de ces éléments dépendent du type de foyer utilisé et de la forme de combustion. Il se forme donc du monoxyde de carbone, des particules fines, des oxydes d’azote, des hydrocarbures, du dioxyde de soufre et bien d’autres substances. L’intoxication la plus connue est celle au monoxyde de carbone. Étant incolore et inodore, cette particule est difficile à détecter. Ainsi, le seul moyen de se protéger de tout risque d’intoxication est de faire ramoner sa cheminée de façon régulière.

ramonage cheminée

À quelle fréquence ramoner sa cheminée ?

D’après le RSDT, tout conduit de fumée installé à l’intérieur ou à l’extérieur doit être constamment maintenu en bon état et ramoné régulièrement. Pour connaître la période fixée, il faut se rendre à la mairie afin de consulter le règlement sanitaire local. Le fait est que cette périodicité est imposée par chaque mairie et varie d’une commune à une autre. Toutefois, en général, il faut ramoner sa cheminée deux fois par an lorsque vous utilisez du charbon, du bois ou du fioul. En ce qui concerne le gaz, un ramonage par an suffit.

Durant quelle période effectuer le ramonage ?

Le ramonage obligatoire imposé par la réglementation doit être effectué pendant la période de chauffe. En ce qui concerne le ou les ramonage(s) annuel(s) requis pour entretenir le conduit de cheminée, ils peuvent être effectués avant ou après cette période. La période de chauffe est la durée au cours de laquelle le chauffage est sollicité. Il s’agit donc des périodes durant lesquelles la température est basse. En général, on considère que la période de chauffe s’étend de novembre à mars. Ainsi, vous devez effectuer un premier entretien en automne ou en hiver, pendant que le chauffage est utilisé, et un autre au printemps ou en été. Il est également conseillé de consulter son assureur pour déterminer le nombre de ramonages nécessaire, en vue de s’assurer d’être en règle pour obtenir une indemnisation en cas d’incident. Car il arrive que le contrat d’assurance fixe également un nombre donné de ramonages à effectuer.

Néanmoins, sachez qu’il est possible de faire ramoner sa cheminée tout au long de l’année. Le plus important est de le faire une fois pendant la période de chauffe et au moins une autre fois hors de cette période. Habituellement, il existe une forte demande juste avant l’hiver. Les professionnels sont alors très sollicités. Il est conseillé, pour ne pas risquer de rater l’entretien de sa cheminée, de s’y prendre plus tôt ou de le reporter pour le printemps. Vous pouvez aussi consulter les emplois du temps de plusieurs professionnels afin d’en trouver un qui sera libre.

ramonage cheminée

Quelques règles en matière de ramonage

D’après la loi, le ramonage incombe à l’utilisateur de la cheminée. Ainsi, qu’il s’agisse du propriétaire ou du locataire, il a l’obligation de réaliser au moins deux ramonages par an, aux périodes spécifiées plus haut. Bien qu’il soit possible pour l’utilisateur de la cheminée d’effectuer lui-même le ramonage, il est préférable de confier les travaux de ramonage à un professionnel. D’ailleurs, puisque vous aurez besoin d’un certificat pour témoigner de l’effectivité du ramonage auprès de votre compagnie d’assurance, le recours à un professionnel est obligatoire a minima une fois l’an. D’après le Règlement Sanitaire Départemental Type, le professionnel doit être qualifié par l’Organisme professionnel de qualification et de classification du bâtiment (OPQCB). Vous devez donc vous assurer que votre artisan est inscrit au registre du commerce. Méfiez-vous des ramoneurs sans adresse fixe qui ne disposent d’aucune garantie sérieuse.

Combien coûte le ramonage ?

Le coût du ramonage dépend non seulement des artisans et de la complexité de l’opération effectuée (selon le type de cheminée que vous avez), mais aussi de la région. Pour ramoner un conduit, il faut compter en général entre 40 et 60 € en province et entre 55 et 80 € en région parisienne. Bien entendu, il est possible d’effectuer son ramonage soi-même. Mais en raison de l’obligation départementale, vous serez obligé de débourser le montant ci-dessus au moins une fois par an.

Pendant une rénovation, l’intervention d’un artisan plaquiste est indispensable si vous avez besoin d’abattre des murs ou d’en faire poser de nouveaux. C’est le spécialiste des cloisons pour les habitations, mais aussi pour les bureaux, locaux commerciaux et autres types de biens. Grâce à son expertise, il vous aidera à modifier la disposition de vos espaces pour correspondre à vos nouveaux besoins. Quels sont les types de murs que le plaquiste peut poser ? Quel matériel utilise-t-il ? Vous retrouverez plus d’informations dans la suite de l’article.

Les différents types de cloisons intérieures

La cloison intérieure permet de séparer des pièces pour créer de nouveaux espaces. Son installation par le plaquiste demande l’utilisation de différents équipements que vous pourrez retrouver sur krenobat.fr, un expert en outillage pour les métiers du bâtiment. Les caractéristiques d’une cloison varient généralement selon le matériau choisi. Elle peut être amovible ou fixe, pleine ou translucide, posséder ou non des capacités d’isolations (thermique ou phonique) et de résistance à l’eau et au feu.

Ainsi, le choix du matériau dépend des qualités attendues selon l’usage que vous désirez en faire. En fonction du matériau, on distingue deux types de montages : à sec et humide. Pour un montage à sec, on utilisera des matériaux comme :

  • Les plaques de plâtres standards ;
  • Les plaques alvéolaires ;
  • Les plaques en matériaux naturels comme le gypse et la fibre de cellulose, etc.

Montées sur une ossature en bois ou en métal, ces types de cloisons permettent de couvrir d’un seul tenant des surfaces importantes. Vous avez aussi la possibilité d’y intégrer des gaines électriques ou de gaz, des isolants thermiques ou phoniques.

Dans le cas d’un montage humide, les matériaux suivants sont utilisés :

  • Les briques creuses ;
  • Les briques de verre ;
  • Le parpaing ;
  • Les carreaux de plâtre, etc.

Ici, les matériaux sont assemblés à l’aide de la colle ou du mortier. Le montage humide est particulièrement utile pour les petites surfaces avec une mise en œuvre relativement simple. Cependant, il faudra inclure des saignées s’il faut faire passer des canalisations ou fils électriques.

cloison maison

Comment poser une cloison intérieure ?

Comme mentionné précédemment, le choix du type de cloison dépend de l’usage de la pièce. Si vous désirez séparer une chambre à coucher du salon, vous devez privilégier l’isolation acoustique. Dans une pièce humide comme la salle de bains, opter pour une cloison hydrofuge permet d’être à l’abri des moisissures et autres problèmes liés à l’humidité. Pour une installation en étage ou sur un plancher fragile, des solutions légères comme les cloisons alvéolaires seront plus adaptées.

Pour poser les cloisons ayant une ossature en bois ou à structure métallique, on commence par prendre des mesures adaptées. Pour cela, il faut des outils tels que :

  • La scie égoïne ou scie à métaux ;
  • Un maillet de caoutchouc ;
  • Une vis auto-perceuses ;
  • Du fil à plomb.

On utilisera pour faire les joints, des bandes à joints et des enduits pour joints. En ce qui concerne le carreau de plâtre, le plaquiste a besoin d’une bande résiliente pour désolidariser la cloison du sol. Il les montera ensuite grâce au mortier, au plâtre ou à la colle.

Le travail du plaquiste dans la rénovation d’un bâtiment est parfois délicat. Faire appel à un professionnel du métier vous offre une assurance quant aux choix des matériaux adéquats et l’utilisation des outils adaptés pour obtenir un résultat durable avec les meilleures finitions.