Comment trouver une fuite électrique

Une fuite électrique n’est pas anodine. Elle peut occasionner des pannes passagères, comme elle peut augmenter votre consommation énergétique. Pour ne pas avoir à faire face à ces problèmes, il est important que vous puissiez en trouver les causes et les traiter en conséquence. Mais comment détecter l’origine de la fuite en question ?

Les causes d’une fuite électrique

Plusieurs causes peuvent à la longue provoquer une fuite de courant. Une certaine quantité de courant est déviée vers un canal qu’elle ne devrait pas emprunter et se perd vers le sol. La charge baisse alors.

Par ailleurs, ces fuites vident progressivement le condensateur électrique en charge de stabiliser les alimentations électriques. Comme il se vide, il ne peut donc plus ni restituer le courant emmagasiné ni protéger le circuit électrique des baisses et hausses de tension : vous devez donc intervenir dans les plus brefs délais, en vous renseignant par exemple sur www.mon-multimetre.fr concernant les démarches à faire ou les outils à utiliser pour faire face à cette situation. Celle-ci se produit dans différents contextes et il est impératif de trouver d’abord la ou les causes de la fuite.

Multimètre analogique

Les causes de la fuite sont nombreuses disions-nous. Il peut en premier lieu s’agir d’un problème lié à l’absence ou à la défaillance de l’isolation électrique. C’est par exemple le cas si le bois utilisé devient humide, l’humidité étant un élément conducteur. Cela se produit aussi lorsque le caoutchouc qui enrobe le fil conducteur est érodé ou que le plastique a fondu suite à une surtension par exemple. Une installation électrique d’une construction ancienne peut également être responsable d’une fuite.

Pour pouvoir détecter d’où elle provient, vous devez vous servir d’un outil adapté. Le multimètre vous y aidera.

Détection de la fuite électrique à l’aide d’un multimètre

Le multimètre vous permettra de déterminer, dans le cas d’un défaut d’isolement, de la mesure de la perte (qui se dirige généralement dans la terre). Le test sera effectué sous tension pour qu’il soit possible de définir avec exactitude à quel niveau un déséquilibre a lieu. Ce dernier est dû à la fuite, mais aussi au fait que dans une circulation normale du courant électrique, les champs magnétiques se rencontrent et s’annulent entre eux. Mais la fuite interrompt le déplacement de la charge électrique. Grâce au multimètre, vous pourrez voir où la résistance électrique est différente de l’ensemble du circuit.

Le test se déroulera en plusieurs étapes. La pince multimètre utilisée est passée sur l’ensemble du circuit en commençant par celui qui est raccordé au tableau de distribution électrique. Puis les autres sources et les circuits qui y sont rattachés sont testés afin que les pertes secondaires soient testées dans le reste du circuit. Une attention particulière sera portée au niveau des équipements électroniques dotés de filtres. Ceux-ci sont en effet responsables des fuites les plus importantes qui pourraient entrainer des baisses de tension, ou des courts-circuits dont les conséquences pourraient être dramatiques.

Avec un multimètre digital professionnel, le test de défaut d’isolation sera effectué avec un calibrage en ohmmètre qui déterminera s’il y a ou non continuité dans le circuit. Quel que soit le test à entreprendre, vérifier votre appareil est une nécessité. Assurez-vous qu’il n’y a aucune fissure, aucun dommage sur l’ensemble de l’équipement (incluant donc les cordons), et ce pour que vous ne vous fassiez pas électrifier durant votre test. Faites-le ensuite fonctionner pour voir si les piles sont encore chargées ou s’il vous faut les remplacer. Portez des gants isolants.

Nous vous rappelons que vous allez travailler sous tension. Si votre multimètre est fonctionnel, réglez-le sur le V du voltmètre. Vérifiez le sens du courant pour pouvoir tourner le commutateur. N’oubliez pas de vérifier que le calibre de l’appareil est assez élevé pour vous prémunir d’un accident technique ou corporel.

Disjoncteur

Cette vérification est valable que vous soyez en mode voltmètre, ohmmètre ou ampèremètre. Il est important également de travailler sur un sol sec, car rappelons-le l’humidité est conductrice d’électricité, et les risques d’électrisation sont réels, avec des conséquences pouvant même provoquer une invalidité irréversible. Avec votre multimètre, utilisez un vérificateur d’absence de tension respectant les normes strictes CEI 61243-3 ou EN 61243-3 auxquelles il est soumis.

Réparation ou remplacement des équipements défaillants

Lorsque vous habitez dans un vieux bâtiment et que vous constatez que les différents équipements et circuits électriques montrent des signes évidents de vétusté, il est préférable de procéder préalablement à un test de fuite. Cela s’avère nécessaire pour vous éviter tous les problèmes inhérents à une mauvaise isolation, à un fil érodé. Si c’est le cas, nous vous recommandons directement d’entreprendre des travaux de rénovation de la totalité du circuit.

Installation d’un disjoncteur différentiel

Il peut aussi s’avérer nécessaire d’installer un disjoncteur. Il peut s’agir d’un disjoncteur divisionnaire à installer au niveau de chaque circuit et qui est équilibré entre 2 à 32 A. La pose d’un disjoncteur différentiel, le plus souvent recommandé dans le cas d’une fuite électrique, se fera pour les lignes en partance du tableau électrique. Le calibrage est de 10 à 63 A et la sensibilité différentielle de 30 mA. Normalement, un disjoncteur général est installé avant le tableau.

L’installation d’un disjoncteur différentiel offre de nombreux avantages. En effet, le moindre déséquilibre électrique est détecté par cet équipement. Ainsi, il est en mesure de détecter les différences qui se produisent, même si celles-ci sont infimes, entre le neutre et la phase. Dès l’instant où celles-ci sont détectées, le disjoncteur coupe automatiquement le courant. Cela vous protège d’une éventuelle électrisation ou d’un court-circuit dont les conséquences sont parfois désastreuses.

Fuite électrique : précautions à prendre

Lorsque vous recherchez une fuite électrique, surtout ne vous servez pas d’un tournevis testeur. Les informations qu’il délivre ne sont pas forcément justes, et cela est susceptible d’être dangereux autant pour vous que pour votre logement. Si par inadvertance votre doigt entre en contact avec la partie non isolée du tournevis, comme le corps humain est un conducteur électrique, vous risquez de subir une électrisation ou pire, une électrocution.

Si vous n’y connaissez rien en matière d’électricité, ne vous risquez pas à entreprendre cette opération seul. Faites appel aux services d’un professionnel.

Concevoir un home studio
Concevoir un home studio

Les home studios sont de plus en plus populaires.Les home studios sont de plus en plus populaires. À la suite Read more

Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?
Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?

Acheter un pantalon adapté à son travail permet de se sentir à son aise durant ses activités. Cependant, il n’est Read more

Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?
Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?

Au-delà des compétences techniques d’une entreprise BTP, sa bonne organisation détermine son efficacité sur les chantiers. Raison pour laquelle les Read more

Agrandir sa maison : les avantages d’une véranda
Agrandir sa maison : les avantages d’une véranda

Agrandir sa maison : les avantages d’une vérandaVous désirez amplifier l’espace de vie au sein de votre logement ? La véranda peut Read more

Comment choisir son chauffre eau

Le chauffe-eau est un dispositif très important dans les foyers. Cela permet d’optimiser d’une douche chaude au quotidien. Toutefois, il est à noter que le chauffe-eau fait partie des appareils les plus énergivores. D’où la raison de bien choisir son appareil et de veiller à son emplacement.

Que choisir comme chauffe-eau ?

Entre le chauffe eau électrique, gaz, solaire, fioul ou thermodynamique, il peut s’avérer très difficile pour les particuliers de choisir le type de modèle qui correspond réellement à leurs attentes. Fort heureusement, il existe certains critères pour faire un choix judicieux : le fonctionnement, la capacité, le rendement, le prix, les économies réalisables, marque de fabrication, durée de vie, etc.

Le chauffe-eau électrique

C’est un équipement composé d’une résistance transformant l’eau chaude. Il existe différents modèles de chauffe électrique : chauffe-eau instantané, chauffe-eau à condensation. L’un des avantages d’un chauffe-eau électrique est qu’il soit très économique à l’achat. Etant moins encombrant, il peut être installé dans tout endroit. Par contre, ce modèle consomme beaucoup d’énergies. Ainsi, il convient d’opter pour un chauffe-eau solaire ou thermodynamique qui soit des alternatives intéressantes.

Le chauffe-eau gaz

Ce modèle est considéré plus économique que le chauffe-eau électrique. Toutefois, il ne faut pas oublier le coût de son installation. Il existe plusieurs modèles de chauffe-eau gaz (instantanés ou à accumulation). Il faut savoir que cet équipement présente les mêmes avantages et inconvénients que les modèles précédents.

Le chauffe-eau thermodynamique

Comme indiqué, cet équipement est une alternative non négligeable. Cela permet de bénéficier de certaines aides financières. Seulement, il faut respecter des conditions éligibles.

Le fonctionnement du chauffe-eau

Le premier critère de choix d’un ballon d’eau chaude est son mode de fonctionnement. Il est important de connaître les avantages de chaque modèle afin de faciliter son choix. Il faut savoir que le modèle électrique, modèle thermodynamique, modèle à condensation et le modèle solaire sont des équipements très économiques car moins coûteux à l’achat. En ce qui concerne les chauffe-eau les plus écologiques, il est important d’opter pour les équipements thermodynamiques et le chauffe eau électrique. Pour les appareils les plus performants sur le plan énergétique, il faut noter le chauffe-eau solaire et chauffe eau électrique 200l.

La capacité du chauffe-eau

La capacité du chauffe-eau est un critère indispensable. Il est important que le ballon d’eau chaude puisse répondre aux besoins des foyers. Pour cela, il faut tenir compte des membres de la famille, la fréquence d’utilisation ainsi que le nombre de points d’eau dans le logement.

Comment l’installer ?

L’installation d’un ballon d’eau chaude ne se fait pas de manière hasardeuse. Il y a certaines étapes à suivre pour la réussite de l’opération. Les voici donc :

Déterminer l’emplacement

L’emplacement du chauffe-eau dans la maison est d’une grande importance afin d’éviter de mauvaises surprises. Il est nécessaire de placer l’appareil à proximité des points d’eau. Il faut également respecter une certaine distance entre le mur et l’appareil de chauffe.

La fixation du chauffe-eau

En fonction du ballon d’eau chaude, il est important de bien le fixer au mur. En générale, les fabricants fournissent tous les éléments nécessaires pour bien accrocher l’équipement au mur, quel que soit son gabarit.

Le raccordement hydraulique

Avant toute opération, il convient de couper l’eau et l’électricité dans toute la maison. Des codes couleurs permettent d’avoir une idée des entrées et sorties de l’eau. Ainsi, le code bleu signifie l’arrivée d’eau froide et le code rouge, la sortie d’eau chaude. En fonction des entrées et sorties, il faut suivre certaine procédure non négligeable.

Dépanner un chauffe-eau électrique

Que ce soit un chauffe eau électrique Ariston ou chauffe eau électrique Atlantic, ce dispositif peut tomber en panne au fil des années d’utilisation. Le plus important est de procéder au dépannage dans les meilleurs délais. Pour cela, il faut avoir une idée des principaux dysfonctionnements de ballon d’eau chaude électrique afin de faire le choix de la solution la plus adaptée à la situation.

En cas de panne hydraulique

En raison d’un problème électrique, le ballon ne peut plus chauffer l’eau. Dans ce cas, il s’agit d’un problème hydraulique. Pour cela, il faut effectuer un simple test afin d’établir un diagnostic détaillé. Cela consiste à ouvrir le robinet d’eau chaude. Dès le constat qu’il n’y aucun débit, alors c’est un souci hydraulique. Face à ce genre de situation, il faut appeler un plombier chauffagiste pour régler la panne.

En cas de panne d’alimentation et de plombs

Le premier réflexe est contrôler le disjoncteur relié au chauffe-eau et protégé par un fusible. En générale, le dépannage consiste à positionner le contacteur en marche forcée.
Une panne de ballon d’eau chaude électrique peut être causée par un court-circuit. Dans ce cas, il faut vérifier si les plombs ont sauté ou pas. Ainsi, il faut vérifier tous les fils d’alimentation.

Peut-on ajouter des volets roulants à une maison existante ?

Peut-on ajouter des volets roulants à une maison existante ?Vous aimeriez agrémenter votre maison de volets plus modernes et performants Read more

Comment shunter un contacteur de tracteur tondeuse ?
shunt tracteur tondeuse

Aussi connu sous le nom de bypass, le shunt est un procédé consistant à créer un pont afin de fermer Read more

Isolation des murs par l’extérieur : les aides financières disponibles en 2022
piscine hors sol

En isolant vos murs par l'extérieur, vous dotez votre logement d’un dispositif d’isolation qui optimisera largement ses performances thermiques. En Read more

Quelle piscine hors sol est faite pour vous ?
piscine hors sol

Il existe différents types de piscines hors sol : tubulaires, autoportantes ou gonflables. Il y a également les bassins en Read more

L’électricité est une véritable source de bien-être, car elle apporte la lumière et l’énergie indispensables dont ont besoin les appareils pour fonctionner. Cependant, pour avoir cette énergie dans sa maison et en profiter en toute sécurité, il faut réaliser une installation électrique. Si vous envisagez d’effectuer des travaux de construction ou de rénovation, il faudra y voir plus clair. Alors, que comprend une telle installation et à quel prix peut-on la mettre en place ? C’est ce que nous invitons à découvrir dans la suite de cet article.

Quelles sont les différentes parties de l’installation électrique ?

Avant de demander le prix d’une installation électrique pour votre maison, il est indispensable de connaître les différents éléments qui composent ce dispositif.

Une installation électrique est constituée d’un compteur, d’un tableau de distribution et de circuits électriques. Le compteur est un système qui se charge de l’enregistrement de votre consommation électrique. Le câble d’alimentation qui pénètre dans votre habitation y est donc raccordé. Le compteur doit être installé à côté de l’accès principal de votre maison, dans un local sec.

Ensuite, le câble d’alimentation provenant du compteur est raccordé au tableau d’alimentation qui joue le rôle de l’unité centrale de toute l’installation de votre maison. Le tableau de distribution affiche tous les disjoncteurs et représente le point de départ des câbles vers les prises et les points lumineux. Des interrupteurs à impulsions et des transformateurs sont également visibles sur ce tableau.

Pour que l’électricité disponible soit bien mise à profit, le réseau électrique du logement est divisé en plusieurs circuits. Sur ces derniers sont placés les prises de courant, les points lumineux ainsi que les interrupteurs.

Il est fortement déconseillé de placer tous les gros consommateurs d’énergie sur un seul circuit. Dans les pièces où sont installés plusieurs appareils de forte puissance, comme dans la cuisine et la salle de bains, un seul circuit électrique n’est pas suffisant. Il en est de même pour le poste de l’éclairage.

réseau électrique

Combien coûte une installation électrique ?

Avant toute chose, il convient de noter que pour la mise en place d’un réseau électrique, le professionnel se réfère à la norme NFC 15-100. Le respect de cette norme assure la protection des occupants du logement contre les courts-circuits et les dangers d’électrocution pour leur permettre de profiter de tout le confort d’une habitation moderne. D’où l’importance de confier ce travail à un électricien qui possède tout le savoir-faire et l’expertise nécessaire.

Si vous souhaitez déterminer le budget que vous allouerez à l’installation du réseau électrique dans votre logement, il faudra tenir compte du type de bâtiment ainsi que de la complexité et du temps nécessaire pour la réalisation des travaux. Il est évident que poser une prise revient bien moins cher que la mise en place ou la réfection de toute une installation électrique. Par ailleurs, vous devez également vous renseigner sur les prix pratiqués par les artisans électriciens de votre région.


Comment trouver une fuite électrique ?


Comment trouver une fuite électrique

Une fuite électrique n’est pas anodine. Elle peut occasionner des pannes passagères, comme elle peut augmenter votre consommation énergétique. Pour Read more


Que choisir comme chauffe-eau ? Comment l’installer ? Dépanner un chauffe-eau électrique


Le chauffe-eau est un dispositif très important dans les foyers. Cela permet d’optimiser d’une douche chaude au quotidien. Toutefois, il Read more


Les 4 façons d’installer une dalle LED


Je présente mon projet À un moment ou à un autre de la conception ou de la rénovation de votre Read more


Qu’est-ce qu’un disjoncteur électrique ?


Je présente mon projet Un disjoncteur est un dispositif électromécanique ou électronique qui permet de couper le courant en cas Read more

À un moment ou à un autre de la conception ou de la rénovation de votre éclairage et de votre décoration intérieure, notamment dans les bureaux professionnels, il vous faudra poser des dalles LED. Afin de vous aider dans cette tâche, nous vous expliquons ici les différentes manières de les installer.

Une dalle LED, c’est quoi ?

Une dalle LED est le luminaire qui connait le plus de succès de nos jours. Elle se base sur l’utilisation de diodes électroluminescentes pour l’éclairage, qui sont des semi-conducteurs qui produisent de la lumière au passage d’un courant électrique.

Elle permet d’éclairer les locaux professionnels et la maison à moindre coût, car non seulement son prix est abordable mais en plus elle consomme une très faible quantité d’énergie par rapport aux luminaires traditionnels. Sa luminosité est pourtant aussi puissante que celle d’une ampoule normale, et sa durabilité beaucoup plus importante. En effet, une lampe LED peut éclairer pendant près d’une centaine de milliers d’heures, avec un rendement maximal dès son allumage. Elle ne contient en outre aucun produit toxique, ce qui est encore un bon point sur le plan environnemental.

Une dalle de ce genre est souvent constituée d’un ruban LED, encastré dans un cadre en aluminium, sur lequel est apposé une plaque en plexiglas pour diffuser la lumière. Légère, facile à installer et ne produisant pas de chaleur, elle ne risque pas d’endommager le support qui la tient, ou l’endroit où elle sera posée.

Quelques précautions à respecter avant l’installation

Les apprentis bricoleurs ont longtemps fait les frais de leurs erreurs lors de leurs travaux. En effet, l’électricité peut causer de graves accidents domestiques si les normes de sécurité ne sont pas respectées. Parmi celles-ci, nous vous conseillons de :

  • Ne pas manipuler tout objet électrique avec les mains mouillées ou sur un sol humide.
  • Respecter les puissances électriques du luminaire sous peine de l’endommager.
  • Couper l’électricité lors de l’installation du luminaire. Si vous en avez la possibilité, vérifiez l’absence de tension avec un VAT (Vérificateur d’Absence de Tension) pour éviter tout incident.
  • Respecter des notices de montage proposées par le fabricant de votre panneau LED.

De même, il vous faut respecter la réglementation en vigueur, à savoir la norme NFC15-100, que vous pouvez vous procurer sur afnor.org. Pour une installation toute neuve, il est important de prévoir l’utilisation d’un DCL (Dispositif de Connexion pour Luminaire). De même, vous devez prendre en compte la classe du luminaire choisi. À titre d’exemple, la classe 1 nécessite une prise de terre, contrairement aux classes 2 et 3.

Les 4 façons d’installer une dalle LED lumineuse

Le panneau LED encastré dans le faux plafond

L’installation encastrée offre un look moderne et très élégant. Elle fournit un éclairage direct et central puissant. Cette installation de dalle LED au plafond consiste à brancher le panneau puis à l’insérer au niveau de la plaque du faux plafond. Il est possible d’utiliser des vis pour bien la fixer, cela est même recommandé, bien que l’encastrement de la dalle ne le nécessite pas forcément.

La dalle LED en saillie

L’installation en saillie se fait généralement quand vous ne disposez pas d’un faux plafond, mais plutôt d’un plafond classique, en béton par exemple. Pour fixer votre dalle LED, il vous faut dans ce cas disposer d’un cadre rigide dans lequel le glisser. Vous devez ensuite le visser au plafond. Un cadre en aluminium ou en bois peut faire l’affaire, tant que ce dernier est assez solide pour supporter le montage.

Prenez en considération le fait que l’épaisseur totale de l’ensemble fera dans les 6 cm, car celui du cadre à lui tout seul fait 5 cm. Cela permet également d’installer un driver au-dessus du panneau. Ce type d’accessoire est habituellement livré avec les vis adaptées. Ce dispositif est également adapté au montage d’un panneau LED mural.

Le panneau LED suspendu

L’installation suspendue est aussi applicable aux dalles LED de plafond. Le kit de suspension comprend généralement les câbles et les fixations. Comme son nom l’indique, il permet l’assemblage de votre dalle à des câbles suspendus au plafond. Pour ce faire, vous n’avez qu’à visser les entretoises à votre panneau, et à visser les câbles au plafond. Vous n’avez ensuite plus qu’à le brancher, et y apposer l’extrémité des câbles. Vous devrez également évaluer la hauteur à laquelle vous souhaitez fixer votre dalle, de manière à ce que la lumière diffusée éclaire bien, et soit confortable pour vos yeux. Le plus souvent, le câble est réglable et ce, même après fixation.

Une installation au mur via des agrafes de fixation

L’utilisation d’agrafes de fixation est également possible pour l’installation de panneaux LED. En effet, de par sa légèreté, la dalle peut tout simplement être « pincée » par ce genre de clip à ressort. Il est nécessaire pour cela de bien identifier les dimensions de la dalle pour poser les agrafes piles à son bord. Ce type de fixation est à visser au mur, puis va retenir la lampe via des petites pinces à ressort.

Faites néanmoins attention à acheter des accessoires de bonne qualité, qui ne risquent pas de se desserrer sous le poids de la dalle. Même si cette dernière est très légère, les ressorts des clips de mauvaise qualité peuvent perdre de leur efficacité avec le temps, et finir par se casser. Malgré leur facilité d’utilisation, les agrafes de fixations ne constituent pas forcément le moyen le plus sécuritaire pour fixer votre dalle LED.

Un dernier conseil concernant les 4 façons d’installer une dalle LED

Lors de l’installation de votre panneau lumineux LED, il est toujours préférable de se référer à la notice d’installation et d’utilisation. En effet, cette dernière contient en principe toutes les démarches et étapes que vous devez réaliser pour installer votre dalle lumineuse. Par ailleurs, certains des outils dont vous avez besoin pour l’installation sont livrés avec le luminaire. Il n’est donc souvent pas nécessaire de les acheter. Si vous avez des doutes sur ce que contient votre kit de panneau LED, vous pouvez toujours demander conseil à votre revendeur.

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Concevoir un home studio
Concevoir un home studio

Les home studios sont de plus en plus populaires.Les home studios sont de plus en plus populaires. À la suite Read more

Comment trouver une fuite électrique ?
Comment trouver une fuite électrique

Une fuite électrique n'est pas anodine. Elle peut occasionner des pannes passagères, comme elle peut augmenter votre consommation énergétique. Pour Read more

Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?
Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?

Acheter un pantalon adapté à son travail permet de se sentir à son aise durant ses activités. Cependant, il n’est Read more

Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?
Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?

Au-delà des compétences techniques d’une entreprise BTP, sa bonne organisation détermine son efficacité sur les chantiers. Raison pour laquelle les Read more

Un disjoncteur est un dispositif électromécanique ou électronique qui permet de couper le courant en cas de surtension ou de court-circuit. C’est un appareil de protection nécessaire pour toute installation électrique. Il existe notamment différentes sortes de disjoncteur se différenciant par leur fonctionnement et par leur rôle. 

Disjoncteur électrique : le disjoncteur et ses caractéristiques

Le disjoncteur est un appareil placé juste après le compteur principal ou après chaque dérivation de circuit pour permettre de couper automatiquement le courant en cas de surintensité, de court-circuit ou toutes mauvaises manipulations. Le disjoncteur est caractérisé par :

  • La tension assignée d’emploi qui est la tension dans laquelle le disjoncteur doit fonctionner dans les conditions normales
  • Le courant assigné ou ln correspond à la valeur maximale de courant que peut supporter le disjoncteur. Il peut être fixe ou réglable et peut varier entre 1,5 In et 20 In. Un détecteur thermique de protection accompagne le disjoncteur, qui en cas de surchauffement des éléments conducteurs, déclenche instinctivement celui-ci et interrompt le passage du courant
  • La taille de l’appareil détermine également sa capacité et sa performance
  • La polarité définit le nombre de pôle prise en charge simultanément sous le relais thermique

Disjoncteur électrique : les différentes catégories de disjoncteur suivant leur mode fonctionnement

Le disjoncteur est équipé d’un système de détection qui le permet de se déclencher automatiquement en cas de surcharge, de surchauffe ou de court-circuit électrique. Il existe ainsi plusieurs types de disjoncteur suivant le mode de fonctionnement.

  • Il y a le disjoncteur magnétique qui est doté d’un système de détection magnétique, plus précisément une bobine qui réagit en fonction de la variation électromagnétique. Une augmentation du champ magnétique déclenche ainsi l’ouverture du circuit. Cependant, le courant est automatiquement interrompu, le disjoncteur est sur “OFF”. Contrairement à un fusible, il suffit, de mettre l’interrupteur sur “ON” pour remettre le courant en marche. 
  • Le disjoncteur thermique est constitué d’un système de détection qui permet au disjoncteur de se déclencher quand il y a une surtension. Le bilame réagit sous l’effet du surchauffe et déclenche mécaniquement le circuit de contact. 
  • Le disjoncteur à système de protection électronique permet d’assurer en même temps le rôle des deux modes de détection précédent grâce à un capteur électronique. Ces modèles sont paramétrables en fonction du besoin en énergie.
  • Le disjoncteur magnétothermique combine également les modes de fonctionnement précédents. Il est composé d’une manette de réarmement manuelle, de bilame qui se dilatent sous une forte chaleur, d’un relais thermique qui protège contre les surcharges et d’une bobine de relais magnétique.
  • Le disjoncteur différentiel permet de mesurer la variation de courant dans un circuit électrique. Il coupe automatiquement le courant dans le cas où il détecte un changement important de l’intensité de courant entrant ou sortant. Ce type de disjoncteur propose une meilleure protection en cas de surtension. 
  • Le disjoncteur divisionnaire est conçu pour supporter une intensité limitée. Il coupe le courant quand l’intensité du courant dépasse l’ampérage maximal destiné pour son utilisation.

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Concevoir un home studio
Concevoir un home studio

Les home studios sont de plus en plus populaires.Les home studios sont de plus en plus populaires. À la suite Read more

Comment trouver une fuite électrique ?
Comment trouver une fuite électrique

Une fuite électrique n'est pas anodine. Elle peut occasionner des pannes passagères, comme elle peut augmenter votre consommation énergétique. Pour Read more

Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?
Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?

Acheter un pantalon adapté à son travail permet de se sentir à son aise durant ses activités. Cependant, il n’est Read more

Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?
Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?

Au-delà des compétences techniques d’une entreprise BTP, sa bonne organisation détermine son efficacité sur les chantiers. Raison pour laquelle les Read more

Certes, faire une installation électrique peut paraître compliquer, pourtant, si vous êtes bricoleur et que vous avez une certaine notion de base dans le domaine, vous pouvez réaliser les travaux haut la main. Dans cet article, nous allons vous apprendre de A à Z les différentes étapes que vous devez suivre pour installer correctement et en toute sécurité l’installation électrique chez vous. Une fois son installation réalisée, il conviendra de bien choisir son fournisseur d’électricité afin de payer le prix du kWh le plus juste et le plus intéressant.

Faire son électricité soi-même : connaître et respecter la norme NF C 15-100

La norme NF C 15-100 est une norme établie par l’ensemble des fournisseurs filaires électriques. Celle-ci prévoit en amont à améliorer la gestion et le bon fonctionnement électrique des logements individuels, des bâtiments industriels ou commerciaux. Elle tend également à renforcer la sécurité des utilisateurs et d’inciter ces derniers à mettre en place une installation répondant aux besoins de l’évolution technologique du temps. 

Citons parmi les règles prescrites dans la NF C 15-100 les normes de sécurité que vous devez impérativement connaître en ce qui concerne les appareillages électriques obligatoires. L’installation électrique d’une habitation doit être équipée des appareils et dispositifs suivant :

  • Un compteur électrique pour mesurer la quantité d’électricité consommée 
  • Un disjoncteur principal, pour couper le courant sur l’ensemble de l’installation 
  • Un tableau électrique qui protège l’installation électrique et les personnes contre les fuites de courant 
  • Des fusibles ou des disjoncteurs d’appoint posés à la sortie de chaque circuit, qui protègent contre les surintensités 
  • Des gaines électriques pour assurer la protection mécanique des câbles électriques. 

Faire son électricité soi-même : établir un plan d’installation électrique

Vous connaissez maintenant quels sont les matériels et appareils nécessaires pour une installation qui respecte la norme, maintenant vous devez dresser un plan clair de votre circuit électrique. Ce plan vous permettra de déterminer la quantité de matériels indispensables pour l’ensemble de la maison et de définir l’emplacement exact de chaque élément. Vous pouvez dresser votre plan d’installation électrique à la main. Vous aurez besoin d’un crayon, d’une règle et d’une feuille quadrillée. Pour commencer, dessinez le plan intérieur de votre maison : les murs, les séparations, les portes et les fenêtres… Positionnez ensuite sur ce plan l’emplacement de chaque appareils électriques pièce par pièce suivant vos besoins. Exemple placez deux prises femelles dans la cuisine, l’une près de la porte et l’autre à proximité du plan de travail.  N’oubliez pas l’installation électrique de l’extérieur. 

Faire son électricité soi-même : mise en œuvre de l’installation électrique

Vous avez 3 manières de poser votre installation électrique : encastrée, apparente ou mixte. La pose encastrée consiste à dissimuler les câbles et tous les accessoires électriques dans le mur à l’intérieur d’une gaine électrique. Ce type de pose est plus compliqué à réaliser mais il propose un rendu discret. La pose apparente met en évidence les différents éléments électriques : les fils sont fixés par des attaches filaires tout en suivant les plinthes et les bordures de mur pour être moins voyants. Quant à la pose mixte, on n’aperçoit que les gaines électriques : les appareillages et les câbles sont placés sous les conduits. 

Installez en premier temps les sources électriques tels que les interrupteurs et les prises femelles. Ensuite, si vous avez choisi la pose encastrée ou mixte pour votre installation, tracez les tranchées dans lesquelles vont être dissimulées les câbles. Introduisez les fils dans les gaines, réalisez le branchement électrique puis fixez par des attaches ou des clous. 

Remettez le courant pour tester si votre opération a réussi. Si c’est le cas, il ne vous reste plus qu’à combler les saignées pour les installations encastrées. 

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Concevoir un home studio
Concevoir un home studio

Les home studios sont de plus en plus populaires.Les home studios sont de plus en plus populaires. À la suite Read more

Comment trouver une fuite électrique ?
Comment trouver une fuite électrique

Une fuite électrique n'est pas anodine. Elle peut occasionner des pannes passagères, comme elle peut augmenter votre consommation énergétique. Pour Read more

Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?
Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?

Acheter un pantalon adapté à son travail permet de se sentir à son aise durant ses activités. Cependant, il n’est Read more

Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?
Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?

Au-delà des compétences techniques d’une entreprise BTP, sa bonne organisation détermine son efficacité sur les chantiers. Raison pour laquelle les Read more

Comment faire des économies d’énergie ?

La plupart du temps, nous ignorons que certains de nos habitudes nous font gaspiller de l’argent pour rien. Si vous lisez cet article, c’est que vous souhaitez abaisser votre facturation en eau et en électricité. Cela n’implique pas de choses compliquées, il vous suffit juste d’être attentif et d’appliquer les conseils que vous propose votre coach du bricolage. 

 

Faire des économies d’énergie : l’électricité, les bons gestes à adopter

Diminuer votre facture en électricité la fin du mois est facile à faire mais cela demande des changements dans vos habitudes quotidiennes. 

  •       Eteignez la lumière si elle ne sert pas

Vous savez que même une seule ampoule peut consommer énormément si on la laisse éclairer pendant des heures. A partir de maintenant, s’il n’y a personne dans une pièce, éteignez l’éclairage. Vérifiez à chaque fois que vous sortez que les lampes sont toutes éteintes. 

  •       Débranchez les appareils

Oubliez le mode veille pour tous les appareils. Une fois que les appareils sont branchés, ils consomment de l’énergie. Ceci est valable pour toutes catégories d’appareillage qu’ils s’agissent d’appareils électroménagers comme les cuiseurs, la machine à café ou que ce soient des matériels informatiques tels que les ordinateurs portables, les tablettes ou les téléphones mobiles. Sachez également que les laisser brancher auront des répercussions néfastes sur leur capacité. 

  •       Dégivrez votre frigidaire régulièrement

Quand le givre de votre frigo atteint 3 cm d’épaisseur, la performance du moteur va diminuer et il sera contraint de puiser plus de puissance pour pouvoir fournir l’énergie nécessaire. Dégivrez régulièrement donc votre frigidaire si vous voulez réduire votre facture d’au moins 30%.

  •       Utilisez des ampoules LED

Certes, les ampoules incandescentes apportent de la chaleur et crée une ambiance cosy dans votre intérieur, pourtant, celles-ci sont de véritables énergivores. Privilégiez les lampes LED qui sont économiques et qui proposent un éclairage proche de la lumière du jour. Si vous n’êtes pas convaincu par la clarté de leur éclairage, adopter- les dans les pièces d’activité comme la cuisine ou la salle de séjour. 

  •       Choisissez des appareils à faible consommation

Quand vous achetez un nouvel appareil, n’hésitez pas à demander à votre vendeur de vous proposer un appareil qui consomme moins mais qui est tout autant performant. Ce genre de matériel peut vous coûter un peu cher, mais mieux vaut faire un investissement de départ pour faire plus tard de grandes économies. 

 

Faire des économies d’énergie : en eau

Savez-vous que dans certains pays, la population a du mal à trouver une source d’eau ? Pourtant, dans votre jardin, l’eau coule à flot sans que vous soucier du reste. Désormais, pensez autrement et arrêtez de gaspiller l’eau. Non seulement cela une part de votre contribution dans la préservation écologique, mais vous allez réaliser une grosse économie tous les mois. Voici les mauvaises habitudes que vous devez changer :

  •       Evitez les grandes déperditions d’eau

Quand vous êtes sous la douche, fermez le robinet au moment où vous vous savonnez. Faites de même lorsque vous brossez les dents ou l’idéal serait d’utiliser un gobelet. Lorsque vous faites la vaisselle, ne faites pas le rinçage directement par le robinet ; utilisez plutôt une autre bassine pour rincer la vaisselle. Fermez les robinets après chaque utilisation et vérifiez avant de sortir ou avant de dormir.

  •       Réparez les plomberies défectueuses

Les pertes inutiles d’eau sont dues aux plomberies défectueuses comme des joints de robinets qui ne sont plus étanches ou des fuites au niveau des tuyauteries. Changez sans plus attendre les joints de votre robinet. Découvrez ici comment changer un joint de robinet

  •       Choisissez des plomberies sanitaires économiques

Vous avez maintenant la possibilité de vous procurer des plomberies sanitaires économiques comme une chasse d’eau à double débit dont le faible débit est utilisé pour la petite commission et le fort débit pour la grosse commission. Sinon, équipez vos robinets de brise jet ou de régulateur de pression ; choisissez des accessoires à faible débit comme une petite douchette. 

 

Nous espérons que l’arrivée de votre prochaine facture en eau et électricité ne vous donnera plus de migraine. 

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Comment trouver une fuite électrique ?
Comment trouver une fuite électrique

Une fuite électrique n'est pas anodine. Elle peut occasionner des pannes passagères, comme elle peut augmenter votre consommation énergétique. Pour Read more

Que choisir comme chauffe-eau ? Comment l’installer ? Dépanner un chauffe-eau électrique

Le chauffe-eau est un dispositif très important dans les foyers. Cela permet d’optimiser d’une douche chaude au quotidien. Toutefois, il Read more

Que comprend une installation électrique et à quel prix ?

L'électricité est une véritable source de bien-être, car elle apporte la lumière et l'énergie indispensables dont ont besoin les appareils Read more

Les 4 façons d’installer une dalle LED

Je présente mon projet À un moment ou à un autre de la conception ou de la rénovation de votre Read more

Un fusible est un dispositif électronique qui permet de couper le courant en cas de surtension ou de court circuit. Chaque secteur du circuit électrique est équipé en amont par des fusibles, et en cas d’une éventuelle panne, le premier réflexe à adopter serait de vérifier si l’un des fusibles a grillé. Pour détecter un fusible endommagé, vous pouvez utiliser un matériel spécifique à l’électricien qui permet de tester la présence du courant. Mais il existe d’autres méthodes qui pourront vous aider à connaître si votre fusible est hors service ou non.

Comment tester un fusible: avec un multimètre

Le multimètre est un appareil qui sert à mesurer l’intensité et la puissance du courant:en ampère, volt et ohm. Il permet également de détecter les sources de panne électrique dans un circuit. Le multimètre dispose d’un écran qui affiche les données, de deux bornes de connexion: COM et V, de deux câbles de connexion noir et rouge et d’un sélecteur de calibre. Voici comment faire pour tester un fusible:

  • Insérez le câble rouge dans la borne COM et le noir dans V.
  • Tournez le sélecteur sur l’inscription Ohm x2000 ou Ohm x200.
  • Placez les pointes des câbles sur les extrémités métalliques du fusible.
  • Regardez la donnée sur l’écran, s’il affiche 0 c’est que le fusible est toujours fonctionnel, sinon s’il affiche 1, il est endommagé. Certains appareils inscrivent “OL” ou Over Limit pour un dispositif HS.

Comment tester un fusible: autres techniques

Si vous ne disposez pas d’un multimètre, il existe d’autres façons de savoir si vos fusibles ont grillé:

  • Les fusibles en pastille fondent une fois qu’ils sont grillés, alors il vous suffit de trouver celui qui se présente sous cet aspect.
  • Dans le cas des fusibles qui sont dotés d’un fil, ce dernier se rompt  s’ils sont HS. Vérifiez donc la continuité du fil au niveau des fusibles.
  • Il y a aussi des fusibles dotés d’un voyant lumineux qui une fois grillé vire au rouge.
  • Utilisez la technique de l’ampoule et de la pile: prenez une ampoule de petit calibre et une pile, placez l’une des extrémités de la borne du fusible sur le culot de l’ampoule et une autre sur une borne de la pile. Si l’ampoule s’allume, c’est que le courant y passe, le fusible est toujours fonctionnel. Dans le cas contraire, le fusible est hors d’usage. 

Si votre fusible est endommagé, remplacez-le sans attendre avant de remettre votre courant en marche. 

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Concevoir un home studio
Concevoir un home studio

Les home studios sont de plus en plus populaires.Les home studios sont de plus en plus populaires. À la suite Read more

Comment trouver une fuite électrique ?
Comment trouver une fuite électrique

Une fuite électrique n'est pas anodine. Elle peut occasionner des pannes passagères, comme elle peut augmenter votre consommation énergétique. Pour Read more

Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?
Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?

Acheter un pantalon adapté à son travail permet de se sentir à son aise durant ses activités. Cependant, il n’est Read more

Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?
Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?

Au-delà des compétences techniques d’une entreprise BTP, sa bonne organisation détermine son efficacité sur les chantiers. Raison pour laquelle les Read more

Avant la moitié du XIXème siècle, nous n’avions pas eu l’opportunité comme aujourd’hui de choisir l’ampoule qui nous faut. Nos choix se limitent aux ampoules incandescentes. Certes, ce type d’ampoule offre une belle luminosité tamisée et douce mais à l’heure actuelle elles sont de moins en moins appréciées et presque bannies du marché pour leur caractère énergivore. Les chercheurs ne se sont pas contentés de leur lumineuse idée avec les ampoules à filament. En 1959 l’ampoule halogène fait son apparition, puis les tubes fluorescents ou les néons, ensuite il y a eu les lampes fluocompactes et qui sont toujours en phase d’amélioration, les lampes à diode électroluminescente ou les fameuses LED. Parmi ces larges choix d’ampoules créés pour illuminer votre quotidien, nous allons vous parler des caractéristiques respectifs de ces ampoules pour vous orientez dans votre choix. 

Comment choisir une ampoule : les traits caractéristiques d’une ampoule

Les points suivants sont déterminants dans le choix d’une ampoule:

  • La luminosité en lumens: c’est la quantité de lumière diffusée par l’ampoule qui se mesure en Lumens. Une ampoule avec une valeur élevée de Lumens propage davantage plus de luminosité. 
  • La puissance en watt: plus la puissance est élevée, plus l’ampoule dépense en énergie. 
  • L’intensité lumineuse en Candela: la Candela correspond à la qualité du flux lumineux reflétés suivant son ouverture d’angle. Si la valeur en Candela est élevée même avec une ouverture d’angle large, cela signifie que l’ampoule est meilleur.
  • L’IRC ou Indice de rendu de couleur: la valeur de l’IRC détermine la tendance de couleur de l’éclairage qui se rapproche le plus de la lumière du jour. L’IRC est graduée entre 0 et 100, ainsi l’ampoule qui possède une valeur proche de 100 est celle qui reproduit au mieux la lumière naturelle.
  • La température de la couleur: on peut trouver des ampoules qui émettent de la lumière douce et froide, et celles qui propagent de la chaleur. Les éclats à teinte jaune ou orangée proposent un éclairage chaleureux. La blanche émet une luminosité à température neutre et les éclairages bleutés propagent de la lumière froide. 
  • Le culot: c’est la base de l’ampoule qui permet le raccordement à la douille. Il existe une grande variété de culots et disponible en différents diamètres dont voici ceux qu’on utilise fréquemment: les culots à vis(E), à baïonnette(B), à broche(G), pré-centrage(P)… 
  • La durée de vie en heure: une ampoule peut durer entre 1000 heures et 100 000 heures suivant son type.

Comment choisir une ampoule ? Les différents types d’ampoules

L’éclairage a bien révolutionné depuis la découverte de l’ampoule à incandescence en 1878 par Thomas Edison. Les chercheurs ne cessent de trouver jusqu’à aujourd’hui la meilleure formule qui permettra de créer le type d’éclairage le plus performant. D’ailleurs on peut trouver différentes catégories d’ampoules dont on citera ci-après avec leurs caractéristiques respectifs:

  • L’ ampoule à incandescence: elle est constituée d’une ampoule de verre fin contenant du gaz qui peut être de l’argon ou de  l’azote et d’un filament de carbone. Le courant électrique parcourt le filament qui se réchauffe sous l’effet de joule, devient incandescent et produit de la lumière. Elle est disponible sous différentes puissances: 25W, 40W, 60W, 75W, 100W. Plus la puissance de l’ampoule est élevée, plus elle consomme en énergie. L’ampoule à filament tend à disparaître sur le marché et elle est de moins en moins utilisées pour leur caractère énergivore. Elle est plus appréciée pour apporter une touche esthétique et une ambiance chaleureuse dans la décoration intérieure.
  • L’ampoule halogène: celle-ci est un dérivé des traditionnelles ampoules à incandescence. Des améliorations ont été apportées comme la substitution du verre fin en verre de quartz pour être plus résistante. On a également remplacé le filament en carbone avec du filament en tungstène pour supporter une forte chaleur afin d’émettre un éclat encore plus lumineux. L’ampoule halogène contient des gaz inertes( krypton et argon) qui sont inoffensifs pour l’environnement et sont dans ce cas, parfaitement recyclables. 
  • Les tubes fluorescents: appelés communément par “Néons” sont constitués par un tube de verre contenant du gaz composé d’argon et d’une petite dose de vapeur de mercure à basse pression. Il existe différentes sortes de lampes néons qui se différencient par leur forme et leur intensité lumineuse dont: les modèles linéaires ou néon classique; Les compactes qui sont relativement des lampes économiques en énergie. Celles-ci ne doivent pas être éteintes et allumées fréquemment pour éviter d’endommager rapidement le mécanisme d’allumage. Il est bon à savoir que ces catégories d’ampoules mettent un certain temps pour s’allumer et arriver à leur clarté maximale. On peut également en trouver de forme circulaire ou en forme de U.
  • Les lampes LED: la technologie de la diode électroluminescente fonctionne différemment que les autres catégories d’éclairage. D’après la logique des ampoules qu’on a vu jusqu’ici, plus une ampoule émet une forte intensité lumineuse, plus elle est vorace en énergie. Ce n’est plus le même principe avec la LED, la puissance lumineuse qu’elle produit n’est pas liée à sa consommation en énergie pourtant elle peut générer un flux lumineux entre 40 et 80 lm; Son allumage est instantané contrairement aux néons; Sa durée de vie peut atteindre 20 000 à 40 000 heures et bien évidemment elle n’est pas gourmande en énergie. Découvrez ici un article consacré uniquement à la technologie LED. 

Vous savez maintenant tout ce qu’il faut savoir sur les ampoules. Alors à vous de définir celle qui pourrait convenir à vos besoins.

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Comment financer ses travaux : le crédit à la consommation
crédit consommation

Vous envisagez de faire des rénovations dans votre maison, ou des réparations doivent être effectuées dans votre futur logement ? Read more

Comment protéger votre habitation des incendies ?
Comment protéger votre habitation des incendies ?

Que vous soyez en train de rénover une maison ou que vous soyez déjà installé, il est très important de Read more

Arrêtons le gâchis : réparons !
Reparons

Le gaspillage représente un problème planétaire qui coûte cher aux consommateurs et à l'environnement. Il est causé par de nombreux Read more

Rénovation globale : quels sont les avantages ?
Rénovation globale : quels sont les avantages ?

D'après l'Ademe, il existe 17 % de passoires thermiques en France, ce qui équivaut 4,8 millions de logements qui disposent Read more

Disjoncteur

Le disjoncteur est un appareil électrique primordial pour la protection d’un bâtiment. Il régule le bon fonctionnement du courant électrique en le coupant en cas de court-circuit ou de surintensité. De ce fait, il est indispensable à la sécurité d’une maison, de ceux qui l’habitent et doit être choisi avec soin. Comment bien choisir votre disjoncteur électrique ? Nous vous guidons pas à pas dans cet article.

Les différents types de disjoncteurs électriques

La première chose à faire pour bien choisir son disjoncteur électrique, c’est de connaître les différents types disjoncteurs électriques qui existent et leur rôle. Pour commencer, gardez à l’esprit qu’il existe une multitude de disjoncteurs électriques, mais tous ne jouent pas le même rôle. Certains assurent une protection contre la surintensité, d’autres protègent uniquement en cas de court-circuit pendant qu’il en a qui jouent les deux rôles en même temps. Voici les principaux modèles de disjoncteurs que vous devez connaître :

  • Le disjoncteur thermique :  Il assure la protection contre la surintensité.
  • Le disjoncteur magnétique : Il est utile gérer les courts-circuits.
  • Le disjoncteur magnétothermique : Il assure à la fois une protection contre la surintensité et une protection contre les courts-circuits.
  • Le disjoncteur magnétothermique différentiel : En plus de la protection contre les courts-circuits et la surintensité, il assure également la sécurité des occupants de la maison.
  • Le disjoncteur électronique : Il offre toutes les protections précédentes mais aussi des fonctionnalités particulières, comme le réglage du délai, niveau de déclenchement…

Les principaux critères à suivre pour bien choisir son disjoncteur électrique

Le choix d’un disjoncteur électrique ne doit pas se fait à la légère. Il faut tenir nécessairement compte des 6 critères ci-après :

  • Les caractéristiques du réseau ;
  • Les normes de sécurité ;
  • Le pouvoir de coupure (sa capacité à pouvoir couper le courant) ;
  • La courbe de déclenchement ;
  • L’environnement (type de local ou température ambiante) ;
  • Le prix.

Après l’acquisition de votre disjoncteur, vous pouvez l’installer vous-même ou faire appel à un Coach en Bricolage pour bénéficier d’une installation professionnelle à moindre coût.

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Concevoir un home studio
Concevoir un home studio

Les home studios sont de plus en plus populaires.Les home studios sont de plus en plus populaires. À la suite Read more

Comment trouver une fuite électrique ?
Comment trouver une fuite électrique

Une fuite électrique n'est pas anodine. Elle peut occasionner des pannes passagères, comme elle peut augmenter votre consommation énergétique. Pour Read more

Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?
Pantalon de travail : que considérer pour choisir un modèle de qualité ?

Acheter un pantalon adapté à son travail permet de se sentir à son aise durant ses activités. Cependant, il n’est Read more

Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?
Comment optimiser l’organisation d’un chantier ?

Au-delà des compétences techniques d’une entreprise BTP, sa bonne organisation détermine son efficacité sur les chantiers. Raison pour laquelle les Read more