Un disjoncteur est un dispositif électromécanique ou électronique qui permet de couper le courant en cas de surtension ou de court-circuit. C’est un appareil de protection nécessaire pour toute installation électrique. Il existe notamment différentes sortes de disjoncteur se différenciant par leur fonctionnement et par leur rôle. 

Disjoncteur électrique : le disjoncteur et ses caractéristiques

Le disjoncteur est un appareil placé juste après le compteur principal ou après chaque dérivation de circuit pour permettre de couper automatiquement le courant en cas de surintensité, de court-circuit ou toutes mauvaises manipulations. Le disjoncteur est caractérisé par :

  • La tension assignée d’emploi qui est la tension dans laquelle le disjoncteur doit fonctionner dans les conditions normales
  • Le courant assigné ou ln correspond à la valeur maximale de courant que peut supporter le disjoncteur. Il peut être fixe ou réglable et peut varier entre 1,5 In et 20 In. Un détecteur thermique de protection accompagne le disjoncteur, qui en cas de surchauffement des éléments conducteurs, déclenche instinctivement celui-ci et interrompt le passage du courant
  • La taille de l’appareil détermine également sa capacité et sa performance
  • La polarité définit le nombre de pôle prise en charge simultanément sous le relais thermique

Disjoncteur électrique : les différentes catégories de disjoncteur suivant leur mode fonctionnement

Le disjoncteur est équipé d’un système de détection qui le permet de se déclencher automatiquement en cas de surcharge, de surchauffe ou de court-circuit électrique. Il existe ainsi plusieurs types de disjoncteur suivant le mode de fonctionnement.

  • Il y a le disjoncteur magnétique qui est doté d’un système de détection magnétique, plus précisément une bobine qui réagit en fonction de la variation électromagnétique. Une augmentation du champ magnétique déclenche ainsi l’ouverture du circuit. Cependant, le courant est automatiquement interrompu, le disjoncteur est sur “OFF”. Contrairement à un fusible, il suffit, de mettre l’interrupteur sur “ON” pour remettre le courant en marche. 
  • Le disjoncteur thermique est constitué d’un système de détection qui permet au disjoncteur de se déclencher quand il y a une surtension. Le bilame réagit sous l’effet du surchauffe et déclenche mécaniquement le circuit de contact. 
  • Le disjoncteur à système de protection électronique permet d’assurer en même temps le rôle des deux modes de détection précédent grâce à un capteur électronique. Ces modèles sont paramétrables en fonction du besoin en énergie.
  • Le disjoncteur magnétothermique combine également les modes de fonctionnement précédents. Il est composé d’une manette de réarmement manuelle, de bilame qui se dilatent sous une forte chaleur, d’un relais thermique qui protège contre les surcharges et d’une bobine de relais magnétique.
  • Le disjoncteur différentiel permet de mesurer la variation de courant dans un circuit électrique. Il coupe automatiquement le courant dans le cas où il détecte un changement important de l’intensité de courant entrant ou sortant. Ce type de disjoncteur propose une meilleure protection en cas de surtension. 
  • Le disjoncteur divisionnaire est conçu pour supporter une intensité limitée. Il coupe le courant quand l’intensité du courant dépasse l’ampérage maximal destiné pour son utilisation.

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Certes, faire une installation électrique peut paraître compliquer, pourtant, si vous êtes bricoleur et que vous avez une certaine notion de base dans le domaine, vous pouvez réaliser les travaux haut la main. Dans cet article, nous allons vous apprendre de A à Z les différentes étapes que vous devez suivre pour installer correctement et en toute sécurité l’installation électrique chez vous. Une fois son installation réalisée, il conviendra de bien choisir son fournisseur d’électricité afin de payer le prix du kWh le plus juste et le plus intéressant.

Faire son électricité soi-même : connaître et respecter la norme NF C 15-100

La norme NF C 15-100 est une norme établie par l’ensemble des fournisseurs filaires électriques. Celle-ci prévoit en amont à améliorer la gestion et le bon fonctionnement électrique des logements individuels, des bâtiments industriels ou commerciaux. Elle tend également à renforcer la sécurité des utilisateurs et d’inciter ces derniers à mettre en place une installation répondant aux besoins de l’évolution technologique du temps. 

Citons parmi les règles prescrites dans la NF C 15-100 les normes de sécurité que vous devez impérativement connaître en ce qui concerne les appareillages électriques obligatoires. L’installation électrique d’une habitation doit être équipée des appareils et dispositifs suivant :

  • Un compteur électrique pour mesurer la quantité d’électricité consommée 
  • Un disjoncteur principal, pour couper le courant sur l’ensemble de l’installation 
  • Un tableau électrique qui protège l’installation électrique et les personnes contre les fuites de courant 
  • Des fusibles ou des disjoncteurs d’appoint posés à la sortie de chaque circuit, qui protègent contre les surintensités 
  • Des gaines électriques pour assurer la protection mécanique des câbles électriques. 

Faire son électricité soi-même : établir un plan d’installation électrique

Vous connaissez maintenant quels sont les matériels et appareils nécessaires pour une installation qui respecte la norme, maintenant vous devez dresser un plan clair de votre circuit électrique. Ce plan vous permettra de déterminer la quantité de matériels indispensables pour l’ensemble de la maison et de définir l’emplacement exact de chaque élément. Vous pouvez dresser votre plan d’installation électrique à la main. Vous aurez besoin d’un crayon, d’une règle et d’une feuille quadrillée. Pour commencer, dessinez le plan intérieur de votre maison : les murs, les séparations, les portes et les fenêtres… Positionnez ensuite sur ce plan l’emplacement de chaque appareils électriques pièce par pièce suivant vos besoins. Exemple placez deux prises femelles dans la cuisine, l’une près de la porte et l’autre à proximité du plan de travail.  N’oubliez pas l’installation électrique de l’extérieur. 

Faire son électricité soi-même : mise en œuvre de l’installation électrique

Vous avez 3 manières de poser votre installation électrique : encastrée, apparente ou mixte. La pose encastrée consiste à dissimuler les câbles et tous les accessoires électriques dans le mur à l’intérieur d’une gaine électrique. Ce type de pose est plus compliqué à réaliser mais il propose un rendu discret. La pose apparente met en évidence les différents éléments électriques : les fils sont fixés par des attaches filaires tout en suivant les plinthes et les bordures de mur pour être moins voyants. Quant à la pose mixte, on n’aperçoit que les gaines électriques : les appareillages et les câbles sont placés sous les conduits. 

Installez en premier temps les sources électriques tels que les interrupteurs et les prises femelles. Ensuite, si vous avez choisi la pose encastrée ou mixte pour votre installation, tracez les tranchées dans lesquelles vont être dissimulées les câbles. Introduisez les fils dans les gaines, réalisez le branchement électrique puis fixez par des attaches ou des clous. 

Remettez le courant pour tester si votre opération a réussi. Si c’est le cas, il ne vous reste plus qu’à combler les saignées pour les installations encastrées. 

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Comment faire des économies d’énergie ?

La plupart du temps, nous ignorons que certains de nos habitudes nous font gaspiller de l’argent pour rien. Si vous lisez cet article, c’est que vous souhaitez abaisser votre facturation en eau et en électricité. Cela n’implique pas de choses compliquées, il vous suffit juste d’être attentif et d’appliquer les conseils que vous propose votre coach du bricolage. 

 

Faire des économies d’énergie : l’électricité, les bons gestes à adopter

Diminuer votre facture en électricité la fin du mois est facile à faire mais cela demande des changements dans vos habitudes quotidiennes. 

  •       Eteignez la lumière si elle ne sert pas

Vous savez que même une seule ampoule peut consommer énormément si on la laisse éclairer pendant des heures. A partir de maintenant, s’il n’y a personne dans une pièce, éteignez l’éclairage. Vérifiez à chaque fois que vous sortez que les lampes sont toutes éteintes. 

  •       Débranchez les appareils

Oubliez le mode veille pour tous les appareils. Une fois que les appareils sont branchés, ils consomment de l’énergie. Ceci est valable pour toutes catégories d’appareillage qu’ils s’agissent d’appareils électroménagers comme les cuiseurs, la machine à café ou que ce soient des matériels informatiques tels que les ordinateurs portables, les tablettes ou les téléphones mobiles. Sachez également que les laisser brancher auront des répercussions néfastes sur leur capacité. 

  •       Dégivrez votre frigidaire régulièrement

Quand le givre de votre frigo atteint 3 cm d’épaisseur, la performance du moteur va diminuer et il sera contraint de puiser plus de puissance pour pouvoir fournir l’énergie nécessaire. Dégivrez régulièrement donc votre frigidaire si vous voulez réduire votre facture d’au moins 30%.

  •       Utilisez des ampoules LED

Certes, les ampoules incandescentes apportent de la chaleur et crée une ambiance cosy dans votre intérieur, pourtant, celles-ci sont de véritables énergivores. Privilégiez les lampes LED qui sont économiques et qui proposent un éclairage proche de la lumière du jour. Si vous n’êtes pas convaincu par la clarté de leur éclairage, adopter- les dans les pièces d’activité comme la cuisine ou la salle de séjour. 

  •       Choisissez des appareils à faible consommation

Quand vous achetez un nouvel appareil, n’hésitez pas à demander à votre vendeur de vous proposer un appareil qui consomme moins mais qui est tout autant performant. Ce genre de matériel peut vous coûter un peu cher, mais mieux vaut faire un investissement de départ pour faire plus tard de grandes économies. 

 

Faire des économies d’énergie : en eau

Savez-vous que dans certains pays, la population a du mal à trouver une source d’eau ? Pourtant, dans votre jardin, l’eau coule à flot sans que vous soucier du reste. Désormais, pensez autrement et arrêtez de gaspiller l’eau. Non seulement cela une part de votre contribution dans la préservation écologique, mais vous allez réaliser une grosse économie tous les mois. Voici les mauvaises habitudes que vous devez changer :

  •       Evitez les grandes déperditions d’eau

Quand vous êtes sous la douche, fermez le robinet au moment où vous vous savonnez. Faites de même lorsque vous brossez les dents ou l’idéal serait d’utiliser un gobelet. Lorsque vous faites la vaisselle, ne faites pas le rinçage directement par le robinet ; utilisez plutôt une autre bassine pour rincer la vaisselle. Fermez les robinets après chaque utilisation et vérifiez avant de sortir ou avant de dormir.

  •       Réparez les plomberies défectueuses

Les pertes inutiles d’eau sont dues aux plomberies défectueuses comme des joints de robinets qui ne sont plus étanches ou des fuites au niveau des tuyauteries. Changez sans plus attendre les joints de votre robinet. Découvrez ici comment changer un joint de robinet

  •       Choisissez des plomberies sanitaires économiques

Vous avez maintenant la possibilité de vous procurer des plomberies sanitaires économiques comme une chasse d’eau à double débit dont le faible débit est utilisé pour la petite commission et le fort débit pour la grosse commission. Sinon, équipez vos robinets de brise jet ou de régulateur de pression ; choisissez des accessoires à faible débit comme une petite douchette. 

 

Nous espérons que l’arrivée de votre prochaine facture en eau et électricité ne vous donnera plus de migraine. 

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Un fusible est un dispositif électronique qui permet de couper le courant en cas de surtension ou de court circuit. Chaque secteur du circuit électrique est équipé en amont par des fusibles, et en cas d’une éventuelle panne, le premier réflexe à adopter serait de vérifier si l’un des fusibles a grillé. Pour détecter un fusible endommagé, vous pouvez utiliser un matériel spécifique à l’électricien qui permet de tester la présence du courant. Mais il existe d’autres méthodes qui pourront vous aider à connaître si votre fusible est hors service ou non.

Comment tester un fusible: avec un multimètre

Le multimètre est un appareil qui sert à mesurer l’intensité et la puissance du courant:en ampère, volt et ohm. Il permet également de détecter les sources de panne électrique dans un circuit. Le multimètre dispose d’un écran qui affiche les données, de deux bornes de connexion: COM et V, de deux câbles de connexion noir et rouge et d’un sélecteur de calibre. Voici comment faire pour tester un fusible:

  • Insérez le câble rouge dans la borne COM et le noir dans V.
  • Tournez le sélecteur sur l’inscription Ohm x2000 ou Ohm x200.
  • Placez les pointes des câbles sur les extrémités métalliques du fusible.
  • Regardez la donnée sur l’écran, s’il affiche 0 c’est que le fusible est toujours fonctionnel, sinon s’il affiche 1, il est endommagé. Certains appareils inscrivent “OL” ou Over Limit pour un dispositif HS.

Comment tester un fusible: autres techniques

Si vous ne disposez pas d’un multimètre, il existe d’autres façons de savoir si vos fusibles ont grillé:

  • Les fusibles en pastille fondent une fois qu’ils sont grillés, alors il vous suffit de trouver celui qui se présente sous cet aspect.
  • Dans le cas des fusibles qui sont dotés d’un fil, ce dernier se rompt  s’ils sont HS. Vérifiez donc la continuité du fil au niveau des fusibles.
  • Il y a aussi des fusibles dotés d’un voyant lumineux qui une fois grillé vire au rouge.
  • Utilisez la technique de l’ampoule et de la pile: prenez une ampoule de petit calibre et une pile, placez l’une des extrémités de la borne du fusible sur le culot de l’ampoule et une autre sur une borne de la pile. Si l’ampoule s’allume, c’est que le courant y passe, le fusible est toujours fonctionnel. Dans le cas contraire, le fusible est hors d’usage. 

Si votre fusible est endommagé, remplacez-le sans attendre avant de remettre votre courant en marche. 

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile