pixelfb

Ciment, mortier, béton : Quoi choisir et pour quelle utilisation.

En fonction des travaux qui vous réalisez, vous devrez utiliser du ciment. Ce même ciment ne devra pas être préparé à l’identique en fonction de chacun de vos projets. En effet, en fonction des matériaux que vous y ajouterez et des quantités d’eau, de sable et de gravier, vous obtiendrez un produit final différent à utiliser spécifiquement pour chaque projet. Nos coach travaux sont là pour vous accompagner et vous apprendre à réaliser vous mêmes vos travaux.

Chez Mon Coach Brico nous proposons des cours à domicile pour vous apprendre à réaliser vous mêmes votre ciment, mortier ou béton. Le premier coaching démarre à 78€. Découvrez nos cours sur la réalisation de ciment, béton ou mortier.

Pour une surface de (en m²)
Vous devez prévoir

Le ciment: Qu’est ce que c’est?

Le ciment est un liant. Mélangé à de l’eau, il forme alors une pâte. Lorsque cette pâte durcit, en séchant elle permet d’assembler des éléments entre eux.

Pour choisir votre ciment, veillez à ce que la mention NF soit bien présente sur le sac. Il est également primordial de bien lire les notices pour adapter votre préparation à votre projet.

On va pouvoir utiliser cette poudre uniquement avec de l’eau, ou dans un mélange qui comprendra également du sable, des graviers ou les deux en fonction de ce que l’on veut faire avec ce ciment.

Les quantités de ciments dans le mélange influent sur la résistance mécanique du mélange. Plus il y a de ciment et plus c’est résistant. Mais attention quand même à ne pas dépasser 2 volumes de ciment pour 1 volume de sable !

Béton ou mortier ?

Le mortier :  sert à assembler des matériaux soit : briques, blocs, parpaings, carrelage…

Le béton :  sert à réaliser une structure soit : dalle, poutre, colonne, linteau. Pour apprendre à le réaliser vous même voici un autre article plus détaillé.

Pour réaliser vos travaux n’hésitez pas à faire appel à nos coachs travaux qui vous accompagnerons sur votre projet en fonction de vos besoins.

Grâce à nos cours de bricolage, vous apprendrez à choisir vos matériaux et à réaliser vous-mêmes leurs poses et applications.

Les différentes utilisations du ciment :

Nous allons maintenant vous présenter différentes utilisations du ciment, mais également des quantités standard. Cependant, nous vous invitons à vous référer aux emballages de votre sac de ciment pour bien affiner ces dernières.

1

Ciment et eau : Barbotine et jointoiement

Utilisation:

Pour les jointoiements et barbotine (la barbotine sert à parfaire l’assemblage entre deux couches de béton ou pour coller du carrelage) :

Préparation : 1 volume de ciment pour un demi volume d’eau

Pour les scellements et réparations

Préparation :  3 volumes de ciment pour 1 volume d’eau.

2

Ciment, eau et sable : Mortier

 

Utilisation :

Le mortier contient uniquement du sable et du ciment. Il n’a donc pas de résistance mécanique très importante. Vous l’utiliserez pour les scellements, les couches de finition (sur du béton par exemple), les enduits de murs, les chapes, etc.

Préparation : 1 volume de ciment, 2 à 4 volumes de sable pour 1/3 de volume d’eau.

En fonction de l’utilisation et du type de mortier à réaliser les quantités devront être ajustées. Pour cela, référez vous aux indications du fournisseurs du matériel.

Préparation :

Déposer sur l’aire prévue à cet effet la quantité de sable.

Verser le ciment (ou la chaux) sur le sable.

Commencer à mélanger à la pelle le sable et le ciment. Pour obtenir un bon mélange, déplacer le tas deux ou trois fois. Le mélange doit être de couleur homogène.

Creuser le tas en cratère et verser 2 / 3 de l’eau prévue.

Faire tomber peu à peu les bords du cratère dans l’eau pour humidifier le mélange.

Mélanger le tas afin de répartir l’eau. Pour homogénéiser le mélange, le déplacer deux ou trois fois comme pour le mélange à sec.

Couper le dessus du tas de mortier avec la pelle. S’il ne se forme pas de «boudins», ajouter un peu d’eau et mélanger à nouveau.

Le mortier est correctement humidifié lorsque, quand on passe le plat de la pelle dessus, il se lisse et l’eau remonte en surface. Grande quantité • Verser dans la bétonnière en mouvement les 2 / 3 de l’eau nécessaire.

Ajouter le gravier (pour le béton), le sable puis le ciment. • Ajouter le reste de l’eau.

Laisser tourner 3 à 4 minutes

3

Ciment, eau, sable et gravier : Béton :

 

Utilisation :

Le béton contient des cailloux en plus du sable et du ciment, et sert essentiellement pour le très gros oeuvre, les éléments de structure demandant une grande résistance mécanique : dalles, linteaux, fondations, etc.

Préparation : 1 volume de ciment, 2 volumes de sable, 3 volumes de graviers pour 1/2 de volume d’eau.

En fonction de l’utilisation et du type de béton à réaliser (maigre ou armé) les quantités devront être ajustées. Pour cela, référez vous aux indications du fournisseurs du matériel.

 

Préparation :

Mettre la bétonnière en marche. Pendant qu’elle est en train de tourner, verser 1/2 à 2 / 3 de l’eau nécessaire à la gâchée.

Verser le gravier et laisser tourner quelques secondes pour qu’il soit bien mouillé.

Verser le ciment qui va se délayer dans l’eau et se répartir uniformément autour des grains de gravier.

Verser le sable au seau ou à la pelle, après avoir repéré le volume d’une pelletée.

En surveillant le mélange, verser un peu d’eau en complément, sans dépasser le dosage prévu.

Le béton doit être onctueux mais jamais mou, et humide en surface. Si l’on prend une poignée de béton, celle-ci doit garder sa forme et, si l’on serre la main, le béton doit rester humide en surface sans perdre d’eau.

Verser le béton dans une brouette, un bac ou sur l’aire de gâchage nettoyée au préalable

La préparation des mélanges

Pour les petites quantités de mortiers: Utiliser une auge et une truelle.
Mélangez d’abord le ciment avec le sable. Puis, creusez un petit puit dans le milieu et versez votre eau dans ce puit. Rabattez ensuite votre mélange vers le puit d’eau jusqu’à obtention d’un mélange homogène.

Pour les bétons de surfaces moyennes à grandes, dégagez une surface importante sur un sol dur (une dalle par exemple) et préparez votre mélange au sol directement à l’aide d’une pelle. Procédez à peu près de la même manière, disposez le sable, le ciment et le gravier au sol, mélangez un peu le tout et enfin faites un petit volcan et versez votre eau dans le cratère puis déplacez 3 fois votre mélange. Votre béton est prêt !

Pour les grandes quantité : bétonnière. Cet engin vous facilitera la tâche et vous fera gagner énormément de temps. (A ne pas confondre avec la bétonneuse qui est le camion qui livre le béton tout prêt).

Equipements et matériaux

Outils: bétonnière électrique ou à moteur thermique,  pelle ronde, brouette, seau, balai de chantier, auge, truelle.

Matériaux : ciment, sable, gravier, eau

Vous pouvez également prendre des cours de bricolage pour apprendre avec nos coachs à réaliser tous vos projets. Bricolage à domicile.

Chez Mon Coach Brico nous proposons des cours à domicile pour vous apprendre à réaliser vous mêmes votre ciment, mortier ou béton. La première heure est à seulement 37€. Découvrez nos cours sur la réalisation de ciment, béton ou mortier.

Pour une surface de (en m²)
Vous devez prévoir

Appliquer du joint acrylique de finition

Comment appliquer du joint acrylique de finition?

Produit utilisé pour les finitions en menuiserie, en maçonnerie et dans bien d’autres domaines de la construction, le joint acrylique se fait discret s’il est appliqué correctement. La pose du mastic acrylique n’est pas compliquée à réaliser, toutefois, il est important de suivre quelques consignes pour appliquer du joint de finition et assurer sa durabilité.

Pour une surface de (en m²)

Description du joint acrylique de finition

Le joint acrylique est un produit utilisé pour combler les fissurations ou pour adjoindre les décalages dans les zones d’angle. Cette solution adhère sur tous types de surface tel que du bois, de l’aluminium, du plâtre…  sans nécessairement solliciter l’application d’une couche primaire de fixation. Contrairement au silicone, le joint acrylique craint une exposition permanente à l’humidité. Cependant, il ne peut être utilisé comme joint de carrelage de la salle de bain ou de la cuisine. Toutefois, il propose une bonne capacité d’étanchéité et résiste parfaitement à l’écoulement d’eau. D’ailleurs, on peut parfaitement peindre le joint acrylique. Il se fond complètement dans le décor tout en dissimulant les imperfections et les vides.

Préparation avant l’application du joint acrylique

Il est toujours conseillé de travailler sur un support sain et propre pour que le produit à appliquer soit davantage efficace. Dépoussiérez les surfaces même les moins accessibles. Enlevez les souillures et les taches de graisse qui risquent de réduire la capacité d’adhérence du joint acrylique. Comme matériels, vous aurez besoin d’un cutter, d’un pistolet à mastic, d’un couteau de peintre.

Application du joint acrylique

Le mastic acrylique doit toujours être appliqué après la couche de fond et avant la couche de finition de peinture.

Pour commencer, coupez l’embout du tube de joint avec un cutter puis vissez la canule en plastique sur la douille. Taillez en biais la canule, puis insérez à la cartouche le pistolet à mastic. En partant d’un coin d’angle, injectez un cordon de mastic dans les failles à boucher.  L’épaisseur du cordon de mastic doit être au minimum 6mm et au maximum 24mm. Lissez le joint avec un couteau de peintre ou plus simplement avec votre doigt( l’index) mouillé. Laissez le mastic sécher entre 30 mn à 2 heures avant d’appliquer la couche de finition.

Enlevez rapidement les excès de joint avant qu’ils ne se sèchent.

Envie d’en apprendre plus.

Faites appel à nos coachs travaux et découvrez nos cours de bricolage à domicile.

Besoin d’un décorateur intérieur ? Découvrez Mon Coach Déco

Un projet jardinage : Découvrez nos cours de jardinage à domicile

Comment peindre une façade ?

Attention : peindre une façade nécessitera souvent un travail en hauteur sur une échelle, un escabeau ou échafaudage. Il faut bien s’assurer de la solidité  et la fiabilité de vos équipements. Aucun faux pas n’est permis pour un travail en hauteur, porter un casque et demander à une autre personne de vous assurer quand vous serez en hauteur.

Pour une maison de plain pied  sans étages, une échelle suffit. Au delà de 3 mètres un échafaudage est recommandé pour un travail en toute sécurité.

Pour un travail en hauteur sur échafaudage mieux vaut être deux personnes pour plus de sécurité, une personne en bas qui vérifie la stabilité de l’échafaudage et une autre en hauteur qui peint. 

 

Le choix de votre peinture pour façades doit se  faire en fonction de l’état de votre façade.

Peinture acrylique sans résine :C’est la peinture la plus abordable car elle est à l’eau, et convient à tous types de façade. Par contre elle a moins de tenue dans le temps.

Peinture Pliolite :c’est une peinture à base de résine pliolite, est elle adaptée à des façades sans aspérités, elle possède une grande résistance aux UV.

Peinture Siloxane : C’est une peinture à base de résine, elle aussi, elle possède un fort pouvoir couvrant, perméable à la vapeur d’eau, elle permet  donc au mur de rester sec. 

Fournitures nécessaires pour  peindre une façade

Les outils pour peindre une façade

Les matériaux pour peindre une façade

Les équipements de protection pour peindre une façade

Comment peindre une façade : Les étapes 

1

Préparation des murs


Traitez vos murs  avec un anti mousse sans rincer et laissez agir le temps préconisé.

Pour effectuer cette étape vous prendrez un nettoyeur haute pression ou un pulvérisateur.

Poursuivez par un rinçage complet des surfaces toujours avec votre nettoyeur haute pression ou avec votre pulvérisateur, voir avec un jet d’eau

Si des taches persistent frottez à l'aide d’une brosse métallique les surfaces

Laisser bien sécher au moins 24 heures

Protégez vos huisseries  avec un ruban de masquage large

Dégondez vos volets et démontez vos stores si besoin 

Mettez au sol une bâche de protection

Enlevez plantes et décoration autour de la surface à peindre

blank
2

Reboucher les trous et fissures

 

Ouvrez vos fissures à l'aide d’un grattoir triangulaire ou d’une meuleuse avec un disque tous matériaux. (cela permettra une meilleure accroche pour l’enduit ou mastic)

Aspirez les poussières à l'intérieur de votre fissure avec un aspirateur

Bouchez les petites fissures avec un mastic extérieur pour façade

Si vos fissures sont plus importantes utilisez un enduit extérieur pour façade 

Laissez sécher 24 heures

 

blank
3

Application de la peinture


Mélangez bien votre peinture à l'aide d’un malaxeur, il faut obtenir une texture homogène

Travaillez toujours par pan de mur et par petites surfaces pour éviter les traces de reprise

Commencez à appliquer la peinture avec votre pinceau dans les angles et coins 

Continuez avec votre rouleau à façade préalablement imbibé de peinture avec votre grille 

Peindre par bande de 50 à 60 cm par carrée de 1m2

Appliquez la peinture par phase croisée : verticale, horizontale puis verticale

Donnez toujours votre dernier coup de rouleau vers le bas pour éviter les traces

Recommencez vos bandes ou carrés ainsi de suite 

Laissez sécher 24 heures

Passez une deuxième couche pour un résultat optimal

blank

Conseils et astuces

Travaillez à une température entre 10 et 25 degrés pour éviter que la peinture ne sèche trop vite et laisse des traces.

Ne pas faire cela par temps de pluie, humide ni en plein soleil

Si votre crépis n’a jamais été peint, utilisez avant une sous couche pour façade

Comment faire ses joints à la chaux ?

Pourquoi utiliser la chaux alors qu’il existe de nombreux produits tout faits  qu’on peut trouver dans toutes les quincailleries et magasins de bricolage ? La chaux est un matériau polyvalent et écologique, également très appréciée dans la maçonnerie pour sa résistance et sa performance isolante. Elle propose un rendu très proche du naturel, idéale pour revêtir les murs intérieurs et extérieurs. Découvrez d’autres atouts de ce matériau et comment le préparer dans la maçonnerie. 

Qu’est ce que la chaux ?

La chaux est de la pierre calcaire extraite de carrière qui est brûlée et broyée pour devenir de la chaux active ou chaux vive. C’est donc de la poudre de pierre chaude. On peut parfaitement utiliser la chaux active pour faire fondre les matériaux. La poudre de pierre garde une température constante entre 80° et 90°C. 

La chaux active mélangée avec de l’eau permet  d’obtenir 3 couches de chaux différentes : 

 

  • au fond, on a du mortier de chaux qui sert pour la construction
  • au-dessus de l’eau de chaux utilisée dans la cosmétique. C’est de la poudre fine et légère. 
  •  à la surface de la crème de chaux qui servira de base pour le badigeon et pour la décoration intérieure.

Pour pouvoir utiliser la chaux active, il faut donc l’éteindre avec de l’eau pour rendre les molécules inertes. On obtient donc de la chaux morte qui se présente sous forme de poudre blanche. Celle qu’on propose sur le marché.  Une fois qu’on mélange la chaux éteinte avec de l’eau, le gaz carbonique éliminé lors de la calcination sera restitué. Au contact de l’air, cette sorte de mélasse se solidifie pour reprendre son état initial de pierre. 

Les bonnes raisons d’utiliser la chaux

La chaux est un matériau très apprécié dans la maçonnerie pour son caractère polyvalent. Tout d’abord, on peut l’utiliser comme mortier pour jointoyer ou enduire les murs.

Ensuite, c’est un excellent élément de scellement pour renforcer les structures en pierres anciennes. 

Mais c’est aussi un matériau malléable qu’on utilise pour décorer les intérieurs ou servir de badigeon pour revêtir les murs intérieurs et les façades. 

La chaux présente d’autres propriétés encore plus intéressantes. 

C’est un produit naturel qui offre une bonne performance d’isolation thermique et phonique

C’est un excellent répulsif à insectes. Elle laisse une fine pellicule poudreuse à la surface du support qu’elle enduit qui entraîne la suffocation des insectes. 

Les joints à la chaux sont non seulement très résistants mais ils sont aussi respirants. Ils réduisent ainsi les moisissures et la formation de salpêtres. 

Il dispose de tous les avantages à moindre coût. 

Comment utiliser la chaux éteinte ?

La chaux éteinte doit être mélangée avec un agrégat pour obtenir plus de masse. On utilisera du sable fin pour faire de l’enduit et du sable grossier pour la maçonnerie. 

Préparation de la chaux pour la maçonnerie 

Pour faire des joints à la chaux, vous aurez besoin  :

  • d’un récipient pour faire le mélange ;
  • un volume de chaux éteinte ; 
  • 2 volumes de sable ;
  • de l’eau,
  • d’une taloche, 
  • d’une truelle,

Dans le récipient, mélangez à la truelle ou à la spatule la chaux et le sable

NB : Votre enduit prendra la couleur du sable que vous allez utiliser.

Une fois le mélange sec bien homogène, ajoutez l’eau petit à petit tout en continuant de faire le mélange. 

S’il y a trop d’eau, vous risquez d’obtenir de la barbotine, une composition qui ne tiendra pas comme enduit. Il ne faut pas non plus que le mélange soit trop sec.

Pour savoir que votre mélange est parfait, piquez la pointe de votre truelle dans la mélasse. Si elle laisse des empreintes bien dessinées ; votre enduit est prêt.

Vous pouvez aussi vous servir de cette préparation pour enduire un mur entier. 

Application de l’enduit

Prenez le mortier sur le dos de la truelle de façon à pouvoir venir l’appliquer. Utilisez une taloche pour faciliter l’application de l’enduit. 

Vous pouvez procéder joint par joint en comblant les espaces avec une truelle langue de chat.

Autre technique, c’est de couvrir toute la totalité du mur. Une fois que le mortier commence à sécher, il ne vous reste plus qu’à frotter avec une spatule crantée pour faire ressortir la surface de la pierre

Quand le joint va commencer à sécher, à peu près après 15 à 30 mn, frottez grossièrement la surface avec une brosse pour enlever les excès de mortier sur les pierres.

Pour conclure

La chaux est un matériau naturel présentant de nombreux atouts. D’autant plus qu’elle est facile à utiliser, n’hésitez plus à l’utiliser ce matériau. 

Astuce

Pour faciliter la jonction du mortier humide sur de la pierre sèche, il faut humidifier le mur. Ne détrempez pas mais mouillez-le.

Comment préparer un sol ?

Pour une surface de (en m²)
Vous devez prévoir
60 min
user-logo
1 personnes

Comment préparer un sol ?

La préparation du sol est une étape indispensable pour réussir une pose durable de son revêtement de sol. En fonction de l’état de votre sol vous devrez choisir le bon produit à appliquer. Dans cette vidéo nous présentons comment traiter une fissure et comment appliquer un ragréage.

 

Pour traiter une petite fissure, il faut :

  • du mastic fibré et un pistolet.

Pour les plus grosses fissures, il faut :

  • de l’enduit de rebouchage, de la trame grillagé, un grattoir et un couteau à enduire.

Pour préparer et nettoyer une fissure il faut :

  • une meuleuse équipé d’un disque en béton.

 

Pour appliquer du ragréage il faut :

  • Un primaire d’accroche, un pulvérisateur, du ragréage ou du ragréage fibré, un seau, une visseuse équipé d’un embout malaxeur, une liane.

 

Il est important de se protéger pour bricoler.

 Quelle que soit la méthode utilisée, portez une paire de lunette, un masque, des gants et des chaussures adaptées.

Comment préparer un sol : traiter une fissure :

Si votre sol présente des fissures il est primordial de traiter celle-ci avant d’appliquer un ragréage.

Pour cela, nous allons dans un premier temps les dégager pour pouvoir les traiter en profondeurs.

Munissez-vous de votre meuleuse et disquer votre sol jusqu’à rendre la fissure régulière et dégagée.

Pour finir, dépoussiérez à l’aide d’une brosse trempée dans un peu d’eau. Une fois cette étape finie, la fissure doit être plus visible.

En fonction de la taille et de la profondeur de votre fissure il faut utiliser soit un mastic fibré soit une trame grillagé. 

La trame grillagé est très efficace pour traiter les fissures profondes. 

La fissure étant propre, vous pouvez maintenant préparer l’enduit de rebouchage. Pour préparer cet enduit vous devez simplement mélangez votre sac d’enduit avec de l’eau. Vous devez obtenir une texture qui tienne à la truelle lorsque celle-ci est retournée.  Appliquez votre produit tout le long de la fissure à l’aide de votre couteau à enduire. 

Une fois l’enduit appliqué, posez votre trame grillagée tout le long de la fissure par petit morceaux. Adaptez la pose à la surface et aux difficultés rencontrées. Une fois la trame posée, appliquez une nouvelle couche d ’enduit à l’aide de votre couteau, et lissez.

Si vos fissures sont moins importantes, la trame grillagée n’est pas nécessaire, et vous pouvez utiliser du mastic fibré.

L’utilisation d’un mastic fibré permet d’appliquer un produit qui s’adapte à la dilatation du sol, et permet donc d’éviter une réapparition des fissures. 

Positionnez la cartouche de mastic dans votre pistolet. Notre astuce : coupez l’embout en biseau pour disposer d’une plus grande ouverture. Appliquez correctement l’enduit dans le bon sens du biseau, en appuyant régulièrement.

Une fois vos fissures traitées, il est maintenant temps de passer à la préparation du sol.

Comment faire du béton ?

Nous allons vous accompagner sur les points suivants :

  • Nos conseils avant de démarrer
  • La liste de matériaux et d’outils à prévoir
  • Notre calculette travaux pour estimer le coût de votre chantier
  • Les étapes de réalisation du béton
Pour une surface de (en m²)
Vous devez prévoir
60 min
user-logo
personnes

Comment faire du béton : Nos conseils avant de démarrer

Avant de vous lancer il faudra bien choisir et comprendre les subtilités de ce produit, pour cela découvrez nos articles pour faire votre béton :

Nos astuces à consulter avant de vous lancer :

1

Comment faire du béton : choisir le béton

Avant de commencer votre béton, il faut tout d'abord choisir celui qui sera adapté à vos travaux.

En effet, pour une meilleure durabilité, le béton doit convenir à l'environnement dans lequel il sera posé. Différents aspects doivent être pris en compte : le niveau d’exposition à la chaleur ou au froid, degré de résistance à la compression, la consistance, les dimension des granulats ou encore la teneur en chlorures.

blank
2

Comment faire du béton : préparation de la zone de travaux

Maintenant que vous avez choisi le béton qui convient à vos travaux, vous devez organiser votre zone de travail. C'est ce qu'on appelle une zone de gâchage. Cette zone doit permettre de facilité l'accès entre la bétonnière ou l'espace réserver pour faire le béton et  l'endroit où vous allez le déposer. Il est préférable que cette zone se trouve à coté d'un point d'eau si vous utilisez la bétonnière.  Vous devrez en dernier lieu placer les quantités nécessaires de ciment, sable et graviers.

blank
3

Comment faire du béton : le dosage du béton

Encore plus simple qu'une recette de cuisine, le dosage du béton se fait en "volume". Un volume peut représenter par exemple un seau ou une pelleté. 

Pour du béton pour des travaux courants, il faut : 1 volume de ciment, 2 volumes de sable, 3 volumes de graviers et un demi-volume d’eau tout simplement. 

Pour du béton à utiliser pour des fondations, il faut : 1 volume de ciment, 2,5 volumes de sable, 3,5 volumes de gravillons et un demi-volume d’eau.

blank
4

Comment faire du béton : réaliser le mélange

Pour ce qui est du mélange, celui-ci peut s'effectuer dans une bétonnière, une brouette ou un bac. 

  • Si bétonnière : incorporez-y de l’eau (environ 7 litres pour un sac de 25 KG). Ensuite, incorporez le gravier et laissez tourner 1 minute. Ajoutez le sable et laissez tourner 1 minute, puis le ciment et laissez tourner 2 minutes. Ajoutez ensuite l’eau au besoin. Mais attention, plus il y a d’eau, moins le béton est solide.
  • Sans bétonnière : déposez d'abord les gravillons, puis par dessus ajoutez le sable et le ciment. Bien mélanger ensuite avec une pelle, de manière uniforme. Creusez ensuite un cratère et versez au milieu 2/3 de l'eau. Vous pouvez maintenant mélanger et ajouter de l'eau à votre convenance.
blank
5

Comment faire du béton : finalisée la gâchée

Une fois prêt, votre béton doit être mou mais pas trop liquide. Il faut surtout éviter d'y ajouter trop d'eau car cela risque de réduire sa résistance et ainsi créer des fissures. 

Voici un test que vous pouvez réaliser pour savoir si votre béton à la bonne consistance : prenez une poignée, si la forme reste la même et quand vous serrez la main il n'y a pas d'eau qui tombe, alors votre béton est réussi. Vous pouvez aussi réaliser un tas à même le sol avec votre pelle, si au bout de quelques minutes celui-ci ne s'est pas écroulé alors il est correct. Dans le cas contraire, il est trop humide.

blank

Estimer le coût de son projet pour faire du béton

Nous avons mis à votre disposition une calculette qui vous permettra de comprendre le coût de ce projet. Vous obtiendrez ainsi le coût de la fourniture hors outillage, le coût de la main d’oeuvre si vous choisissez de faire appel à un pro avec des tarifs moyens ainsi que le le coût d’un coaching à domicile pour vous permettre de réaliser vous-même votre projet à base de béton.

Néanmoins, pour estimer au mieux le prix de vos travaux, il vous faut au préalable :

  • Définir le type de béton nécessaire
  • Définir la surface où vous souhaitez mettre votre béton
  • Calculer les m2 nécessaires
  • Définir si vous souhaitez faire appel à un artisan ou réaliser vos travaux vous-même en vous faisant accompagner à domicile par un coach en bricolage.

Ensuite, pour ce qui est des tarifs de réalisation, cela dépend notamment de votre projet. Le béton vous permettra ensuite de réaliser des travaux comme :

  • Faire une dalle
  • Faire une terrasse
  • Le sol d’un garage
  • Des murs
  • Des escaliers

Pour vous donner un exemple, si vous avez pour projet de réaliser une dalle en béton, voici les principaux tarifs au m2 par un artisan :

  • Comptez 20€ à 30€ le m2 pour la matière 
  • Ajoutez environ 20€ par m2 de main d’oeuvre. Ce qui revient à plus ou moins 50% de vos travaux.

Bien-sur ces tarifs varient en fonction de l’épaisseur de votre dalle de béton, l’état de votre terrain si c’est en extérieur et la zone géographique où vous habitez car les artisans proposent des tarifs différents.

Comment faire du mortier ?

Nous allons vous accompagner sur les points suivants :

  • Nos conseils avant de démarrer
  • La liste de matériaux et d’outils à prévoir
  • Notre calculette travaux pour estimer le coût de votre chantier
  • Les étapes de réalisation du mortier
Pour une surface de (en m²)
Vous devez prévoir
60 min
user-logo
1 personnes

Comment faire du mortier : Nos conseils avant de démarrer

Avant de vous lancer il faudra bien choisir et comprendre les subtilités de ce produit, pour cela découvrez nos articles pour faire votre mortier :

Nos astuces à consulter avant de vous lancer :

1

Comment faire du mortier : choisir le mortier

Avant de commencer votre mortier, il faut tout d'abord choisir celui qui sera adapté à vos travaux.

Il faut tout d'abord savoir qu'il existe 2 types de mortier : 

  • Le mortier pour maçonner du parpaing ou de la brique
  • Le mortier pour enduire

La différence entre ces deux mortiers, sera le besoin mécanique, le mortier pour maçonner, devra être plus résistant que le mortier à enduire.

blank
2

Comment faire du mortier : le dosage du mortier

Le mortier est composé d'eau, de sable et de ciment, c'est tout. Il n'y a donc rien de plus simple que de réaliser du mortier.

  • Pour du mortier à maçonner, il faut : une brouette et demie de sable (mélange 0/4), un sac de 25 kg de ciment et 10 litre d'eau (voire moins)
  • Pour du mortier à enduire, il faut : une brouette et demie de sable (mélange 0/2), un sac de 25 kg de ciment et 10 litre d'eau (voire moins)
blank
3

Comment faire du mortier : réaliser le mélange de mortier à maçonner

Pour ce qui est du mélange, celui-ci peut s'effectuer dans une bétonnière, une brouette ou un bac. 

  • Si bétonnière : incorporez de l’eau dans la bétonnière, environ 7 litres pour un sac de 25 KG. Ajoutez le sable et laisser tourner 1 minute. Ensuite, ajoutez le ciment et laissez tourner 2 minutes. Pour terminer, ajoutez l’eau au besoin.
  • Sans bétonnière : étalez d'abord le sable, saupoudrez ensuite le ciment par-dessus. Bien mélanger ensuite avec une pelle, de manière uniforme. Creusez ensuite un cratère et versez au milieu l'eau. Ensuite, attendre que la capillarité ait mouillé l’ensemble du tas, puis finir de mélanger à la pelle.
blank
4

Comment faire du mortier : réaliser le mélange de mortier à enduire

Là encore, le mélange peut s'effectuer dans une bétonnière, une brouette ou un bac. 

  • Si bétonnière : incorporez de l’eau dans la bétonnière, environ 7 litres pour un sac de 25 KG. Ajoutez le sable et laisser tourner 1 minute. Ensuite, ajoutez le ciment ou le ciment et la chaux et laissez tourner 2 minutes. Pour terminer, ajoutez l’eau au besoin, afin d’obtenir un mélange presque crémeux.
  • Sans bétonnière : étalez d'abord le sable, puis le ciment par-dessus. Bien mélanger le tout avec une pelle. Creusez ensuite un cratère et versez au milieu l'eau. Attendez maintenant que la capillarité ait mouillé l’ensemble du tas, puis finir de mélanger à la pelle. Il est possible pour le mortier à enduire de faire un mélange chaux et ciment à 50% de chaque, afin d’obtenir un mortier plus onctueux. De préférence opter pour une chaux hydraulique.
blank
5

Comment faire du mortier : finalisée la gâchée

Une fois prêt, votre mortier doit être mou mais pas trop liquide. 

Pour le mortier à maçonner le besoin en eau est très faible, car le mortier doit être suffisant dur pour porter l’élément à maçonner, ce qui est compliqué lorsque le mortier est trop mouillé. Il faut éviter, ce qui est appelé en langage professionnel, « la soupe ».

blank

Estimer le coût de son projet pour savoir comment faire du mortier

Nous avons mis à votre disposition une calculette qui vous permettra de comprendre le coût de ce projet. Vous obtiendrez ainsi le coût de la fourniture hors outillage, le coût de la main d’oeuvre si vous choisissez de faire appel à un pro avec des tarifs moyens ainsi que le le coût d’un coaching à domicile pour vous permettre de réaliser vous-même votre projet à base de béton.

Néanmoins, pour estimer au mieux le prix de vos travaux, il vous faut au préalable :

  • Définir le type de mortier nécessaire et son utilisation
  • Définir la surface où vous souhaitez mettre votre mortier
  • Calculer les m2 nécessaires
  • Définir si vous souhaitez faire appel à un artisan ou réaliser vos travaux vous-même en vous faisant accompagner à domicile par un coach en bricolage.

Ensuite, pour ce qui est des tarifs de réalisation, cela dépend notamment de votre projet. Le mortier sert à assembler des matériaux comme les briques, blocs, parpaings, carrelage. Il vous sera utile aussi pour réaliser des travaux comme :

  • Faire des joints de maçonnerie
  • Enduire 
  • Faire des chapes
  • Faire des scellements et des calages

Pour vous donner un exemple, le prix d’un mortier est de 100 à 250 €/ m3 environ, soit 6 à 15 €/m2.

Et le tarif horaire d’un maçon, pour la création d’un mur par exemple, est compris entre 35€ et 65€ l’heure. 

Comment monter une cloison en placo ?

Nous allons vous accompagner sur les points suivants :

  • Nos conseils avant de démarrer
  • La liste de matériaux et d’outils à prévoir
  • Notre calculette travaux pour estimer le coût de votre chantier
  • Les étapes de la pose de cloison en placo
Pour une surface de (en m²)
Vous devez prévoir
80 min
user-logo
personnes

Comment poser une cloison : Nos conseils avant de démarrer

Avant de vous lancer il faudra bien choisir et comprendre les subtilités de ce produit, pour cela découvrez nos articles sur la pose de cloison en placo :

Nos astuces à consulter avant de vous lancer :

1

Comment poser une cloison: mesures et tracés

Pour réussir sa pose de placo, il faut tout d'abord réaliser vos tracés. Cela permettra de bien positionner vos plaques de placo et ainsi avoir un rendu optimum. 

Réalisez tout d'abord un croquis sur papier. Puis Sur un mur propre et nettoyé, reportez au sol, au mur et au plafond votre plan,  à l'aide d'un crayon, une règle de maçon et un niveau à bulle. 

blank
2

Comment poser une cloison: la mise en place des rails

Pour réussir sa pose de placo, il faut tout d'abord choisir les rails les mieux adaptés. Pour vous aider dans votre choix, toutes les informations sont dans cet article : rail placo.

Tout d'abord, positionnez votre rail au sol et fixez le. Faite de même pour le plafond. Découpez ensuite vos montants avec la grignoteuse et emboîtez-les entre les rails du sol, mur et plafond. 

 Pour mieux comprendre la manipulation, voici un article sur comment fixer les rails de placo

blank
3

Comment poser une cloison : La fixation de la première plaque de placo

A savoir : les plaques se positionnent toujours à la verticale et faite attention à ne pas visser trop fort car vous risquerez d'endommager le placo. Pour cela n'hésitez pas à lire l'article pour savoir comment visser dans du placo.

Positionnez tout d'abord la plaque sur des cales puis vissez la première épaisseur sur les montants en espaçant les vis de 60 cm. Puis vissez les autres plaques en fonction des repères tracés au préalable.  Pour être plus à l'aise lors de cette opération, nous vous conseillons de lire l'article sur comment poser du placo.

blank
4

Comment poser une cloison : Le passage des gaines électriques

Vous remarquerez des trous sur vos montants, ils vont vous permettre de faire passer vos gaines électriques d’un bout à l’autre de votre cloison de placo. 

Tout d'abord, glissez votre gaine au début de votre cloison, par le biais des trous sur vos montants jusqu'à l’emplacement voulu pour votre prise de courant, votre interrupteur ou autre. 

blank
5

Comment poser une cloison: la fixation de l'autre coté de la cloison

Avant de commencer, pensez à marquer les repères où ressortiront vos câbles électriques (pour une prise ou un interrupteur..). Ensuite, vissez les plaques de placo de l'autre coté de la cloison en décalant les joints d’un montant à l’autre par rapport au premier côté. 

Attention à toujours visser à 1 cm des bords sur chaque montants, en espaçant les vis de 60 cm et en faisant attention de ne pas visser exactement au même endroit que le premier côté de la cloison pour que les vis ne se touchent pas.

blank
6

Comment poser une cloison: la pose de l'isolant 

La quatrième étape du projet est la pose de l'isolant : de la laine minérale pour du placoplâtre.

Celui-ci doit être placé entre les montants pour être maintenu à l'intérieur des rails. Il faudra tout d'abord couper au cutter les bandes d'isolant afin d'en obtenir la bonne taille pour les placer entre les montants. Puis les positionner de haut en bas, du début de la cloison jusqu’à la fin.

blank
7

Comment poser une cloison: la réalisation des joints

Pour un résultat visuellement impeccable, il est nécessaire de réaliser les jointures entre toutes les plaques de plâtre. Pour cela, appliquez de l'enduit pour joints de placoplatre entre vos plaques puis posez délicatement une bande de joint ou calicot.  

Avant de placer les bandes, déterminez la longueur adéquate puis découpez. Pensez à bien lisser votre bande après l'avoir posée. Enfin, appliquez une seconde couche d’enduit pour bien fixer le tout. Pour plus de facilité il existe aussi des bandes auto-adhésives ne nécessitant pas d'enduit. 

Un dernier article pour comprendre comment poser une bande calicot ou bande de placo.

blank

Estimer le coût de son projet de pose de cloison

Nous avons mis à votre disposition une calculette qui vous permettra de comprendre le coût de ce projet. Vous obtiendrez ainsi le coût de la fourniture hors outillage, le coût de la main d’oeuvre si vous choisissez de faire appel à un pro avec des tarifs moyens ainsi que le le coût d’un coaching à domicile pour vous permettre de réaliser vous-même votre pose de placo.

Néanmoins, pour estimer au mieux le prix de vos travaux, il vous faut au préalable :

  • Définir le type de placo
  • Définir le/les pièce.s où vous souhaitez effectuer la pose
  • Calculer les m2 nécessaires
  • Définir si vous souhaitez faire appel à un artisan ou réaliser vos travaux vous-même en vous faisant accompagner à domicile par un coach en bricolage.

Ensuite, pour vous donner un aperçu, voici les principaux tarifs au m2 (hors pose) pour chaque type de placo :

  • Placo BA13 : 3€ à 8€
  • Placo phonique : 8€ à 12€  
  • Placo hydrofuge : 5€ à 8€ 
  • Placo ignifugé : 8€ à 10€
  • Placo haute dureté : 10€ à 13€
  • Placo pliant : 12€ à 15€
  • Placo cintrable : 6€ à 8€
  • Placo isolant intégré : 15€ à 20€

Pour ce qui est de la partie main-d’oeuvre :

  • Le tarif de pose varie entre 15€/30€ le m2 (hors fourniture et accessoires), tout dépend de la région et de l’artisan
  • Le tarif de réalisation des bandes de joints est estimé entre 4€ et 7€/ml, puis entre 5€ et 10€/ml pour les angles

Puis voici le tarif moyen (avec pose) suivant les pièces :

  • Cuisine (12 m2) : 1 000€ à 1 700€
  • Salle de bain (6 m2) : 450€ à 1 000€
  • Salon (20 m2) : 1 100€ à 2 100€
  • Chambre (11 m2) : 1 100€ à 2 000€

Pose placo plafond

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Pour une surface de (en m²)
Vous devez prévoir
min
user-logo
personnes

Comment réaliser un plafond suspendu ?

Pour apprendre à poser un plafond suspendu,  nous allons vous accompagner sur les points suivants :

  • Nos conseils avant de démarrer
  • La liste de matériaux et d’outils à prévoir
  • Notre calculette travaux pour estimer le coût de votre chantier
  • Les étapes pour poser du placo au plafond

Poser un plafond suspendu : Nos conseils avant de démarrer

Avant de vous lancer il faudra bien choisir et comprendre les subtilités de ce produit, pour cela découvrez nos articles sur comment poser du placo au plafond :

Nos astuces à consulter avant de vous lancer :

1

Poser un plafond suspendu : effectuer un calepinage

Cette étape est essentiel pour connaitre la quantité de fourniture dont vous aurez besoin pour poser du placo au plafond. 

Vous devez donc d'abord déterminer la surface en mètres carrés de votre pièce et faire une configuration de la pièce pour optimiser les découpes. L'objectif étant de déposer un maximum de plaques entières.

blank
2

Poser un plafond suspendu : placer les suspentes

Il s'agit maintenant de poser la structure au plafond. Et pour cela, il faut commencer par les suspentes. Pour connaitre l'emplacement de la première suspente, il faut : partir d’un angle de la pièce et placer sa suspente. Ensuite il faut placer le cordeau à l’encoche de la suspente et tirer jusqu’à l’extrémité. Placez la deuxième suspente puis placez un niveau sur le cordeau ou utiliser le laser pour contrôler. On place la suspente et on répète ces manipulations jusqu’à l’extrémité suivante.

blank
3

Poser un plafond suspendu : poser les rails

Une fois toutes les suspentes installées, il faut clipser les rails. Après avoir positionné les rails entiers, on effectue les découpes à l’aide d’une cisaille. On coupe d'abord un coté, ensuite l'autre puis on plie en deux pour que le bout cède. 

Pour vous aider dans le choix de vos rails, toutes les informations sont dans cet article : rail placo.

blank
4

Poser un plafond suspendu : fixer les plaques de placo

Pour cela, on positionne une plaque entière sur le lève plaque. Il faut ensuite la monter et la visser perpendiculairement aux rails pour répartir la charge. 

Puis on actionne l’anti retour, on descend et on répète la même action en posant ses planques en quinconce, ainsi on évitera que des fissures apparaissent dans le temps.

blank
5

Poser un plafond suspendu : la réalisation des bandes à joint

Maintenant les plaques de placo posées, il faut passer à la réalisation des joints pour une finition parfaite.  Appliquez d'abord une première couche d'enduit entre les plaques puis déroulez votre bande à joint en l’étalant à l’aide du couteau à enduire. Ici, faites la découpe une fois la bande réalisée. Passez une deuxième couche d'enduit sur la bande à l’aide du couteau mais surtout du plâtoir. Il faut bien lisser pour qu’il y ai aucun défaut. Pour plus de facilité il existe aussi des bandes auto-adhésives ne nécessitant pas d'enduit. 

Un dernier article pour comprendre comment poser une bande calicot ou bande de placo.

blank

Estimer le coût de son projet de pose de plafond suspendu

Nous avons mis à votre disposition une calculette qui vous permettra de comprendre le coût de ce projet. Ainsi, vous obtiendrez le coût de la fourniture hors outillage, le coût de la main d’oeuvre si vous choisissez de faire appel à un pro avec des tarifs moyens ainsi que le le coût d’un coaching à domicile pour vous permettre de poser du placo au plafond vous-même.

Néanmoins, pour estimer au mieux le prix de vos travaux, il vous faut au préalable :

  • Définir le type de placo
  • Définir le/les pièce.s où vous souhaitez effectuer la pose
  • Calculer les m2 nécessaires
  • Définir si vous souhaitez faire appel à un artisan ou réaliser vos travaux vous-même en vous faisant accompagner à domicile par un coach en bricolage.

Ensuite, pour vous donner un aperçu, voici le tarif au m2 (hors pose)  :

  • Pour un faux-plafond en palco classique type BA13, il faut compter entre 6€ et 10€ le m2 pour le matériau. 

Pour ce qui est de la partie main-d’oeuvre :

  • Le tarif de pose varie entre 20€ à 50€ le m2 (avec fourniture et accessoires) selon la zone géographique
  • Et la pose sans fourniture est comprise entre 10€ et 15€ le m2 
  • Le tarif de réalisation des bandes de joints est estimé entre 4€ et 7€/ml, puis entre 5€ et 10€/ml pour les angles

Puis voici le tarif moyen complet pour une pose sur une surface de 12m2 :

  • Placo standard à 6€ le m2 = 48€
  • Suspentes = 30€
  • Fourrure = 10€
  • Isolation 10€ le m2 = 120€
  • Main d’oeuvre 15€ le m2 = 180€ soit 46% du tarif global

Conseils et astuces pour des projets spécifiques